Les travaux du 3ème Congrès scientifique sur l’éthique de la recherche pendant la covid-19  se déroulent depuis hier mardi 22 mars 2022 en format virtuel.  Prévue pour prendre fin le vendredi 25 mars 2022,  cette rencontre s’inscrit dans le cadre des activités phares proposées dans le cadre du workpackages Wp2  du Projet “Building the capacities of West Africa in research ethics” (Bca-Wa-Ethics II). C’est la présidente du Comité National d’Ethique de la Recherche en santé (Cners) du Sénégal, Professeur Anta Tal Dia qui a donné le coup d’envoi de ce conclave.

Victorin Fassinou

L’Ethique de la Recherche pendant la Covid-19. C’est le thème sous lequel est placé le troisième Congrès scientifique qu’organise depuis hier le consortium du Projet Bca-Wa-EthicsII (Building the Capacities Of West Africa in Research Ethics).  Une  rencontre qui entend discuter des normes, des défis et des opportunités actuels d’intégrer une perspective de genre dans les études qui incluent les catégories suivantes de participants à la recherche de la Covid-19 : les femmes enceintes, les populations vulnérables, telles que les minorités de genre et sexuelles et les personnes handicapées.  Prennent part active à ce rendez-vous scientifique, les participants de plusieurs pays d’Afrique. Ces participants sont essentiellement des membres des Comités Nationaux   d’Ethique de la Recherche en santé, des  chercheurs, des  agents de l’Ooas et de l’Avaref et des  acteurs de la gouvernance de la recherche.  Au cours des travaux, des sessions spéciales seront consacrées au partage des résultats de l’étude sur le diagnostic des capacités et à la manière dont ils pourraient contribuer à une meilleure préparation du Cner aux urgences sanitaires actuelles et futures. Pendant les cinq jours que dureront les travaux, les participants auront à échanger autour de plusieurs communications qui seront développées par des personnes averties.   Les communications mettront l’accent sur différents aspects en rapport avec la thématique principale ; notamment l’apport des comités d’éthique à la riposte contre la pandémie de Covid-19 ; l’évaluation éthique à travers la mise en place de plateformes digitales; l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’évaluation éthique des projets de recherche biomédicale; les enjeux et défis des Cner face à la pandémie de Covid-19; les stratégies de renforcement des systèmes d’éthique de la recherche; le renforcement des capacités des membres des Cner; les modèles de gouvernance ; l’intégration de la dimension de genre dans l’évaluation des protocoles de recherche sur la covid-19 et la prise en compte des couches vulnérables dans les recherches liées à la pandémie de covid-19. A l’entame des travaux, la présidente du Comité National  d’Ethique de la Recherche en santé (Cners) du Sénégal Professeur Anta Tal Dia  a indiqué que la thématique retenue pour ce congrès  reste toujours actuelle parce que continuant à défier les scientifiques et les différents systèmes de santé.  Pour elle, l’idée d’appeler des experts à explorer des dimensions en lien avec la gestion de cette pandémie est plus que pertinente. La survenue de cette pandémie a amené les chercheurs à s’investir dans des projets d’investigation visant à trouver les solutions aux problèmes de résilience de la communauté et des systèmes nationaux de santé. Ces projets de recherche requièrent des réactivités spécifiques des comités d’éthique pour que les droits des patients et des participants à la recherche soient respectés. Pour Mme Tal Dia, il  devient ainsi urgent de renforcer les capacités des Comités d’Ethique, organes au centre de la régulation de la recherche en santé, du suivi et de l’inspection de la mise en oeuvre des études ainsi autorisées. A ses dires, à travers ce congrès virtuel, le Projet Bca-Wa-Ethics offre aux membres des Cner ; de Wanec ; des communautés scientifiques du Sénégal ; du Bénin et du Mali ; ainsi qu’aux chercheurs en santé basés en Afrique un cadre virtuel d’échanges. Une occasion pour réfléchir ensemble sur les problématiques les plus pertinentes, en relation avec les questionnements éthiques soulevés par la manière dont cette épidémie est gérée dans  chacun des  pays.  Elle a pour finir, exprimé le vœu de voir que les échanges soient riches et fructueux, au regard des différents thèmes retenus et l’expertise réunie et que les objectifs visés soient  atteints et contribueront à améliorer la qualité des comités d’éthique et leur adaptabilité face aux sollicitations multiples et variées liées au développement de la recherche. Mais avant, elle a réitéré  au nom des comités de l’Afrique de l’Ouest toute sa reconnaissance du Ministère de la santé et de l’action sociale du Sénégal pour le soutien constant et à Edctp qui, à travers le projet Bca-Wa-Ethics II, supporte cette initiative.

La première journée chargée

Six communications ont été abordées dans la première journée de ce congrès scientifique.  Il s’agit de  « Présentation de Bca-wa-ethics II » présentée par  Farah Nabil, Université de Saragosse (Espagne), « L’apport des comités d’éthique à la riposte de la pandémie à la covid -19 »  développée par Mintou Sidibé, Ministère de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal et la troisième « Web site plateform, research quality, and ethical performance in health research in west africa »,   par  Assomption Hounsa, Comité national d’éthique de la recherche en santé du Bénin,   « consequences of the covid-19 pandemic on the ethical evaluation of biomedical research projects. the ceica experience »   par  María González Hinjos, Comité de ética de la investigación de Aragón  de l’Espagne ; « Pandémie de la covid-19 au Gabon, défis et enjeux pour le cner » par Adèle Sambo, Comité National d’Ethique pour la Recherche du Gabon et « Gestion de l’hygiène menstruelle pendant la Covid-19 »  par Ndeye Mingue Ndiate Ndiaye, Ministère de la Santé et de l’Action Sociale. Mentions que “Building the capacities of West Africa in research ethics” (Bca-Wa-Ethics-II) est  né d’une collaboration entre l’Université de Saragosse (Espagne), le Ministère de la Santé et du Développement Social (Mali), le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale (Sénégal), et le Ministère de la Santé (Bénin), à la  suite du projet “Building capacities in gender mainstreaming for ethics committee members from Senegal to West Africa”, Bca- Wa-Ethics-I. Il  vise à   renforcer les capacités d’éthique de la recherche dans le sous-continent ouest-africain et améliorer les capacités d’éthique de la recherche en général, et en particulier dans les situations d’urgence sanitaire, comme la pandémie Covid-19. Ce projet entend renforcer et harmoniser le processus d’examen éthique des protocoles de recherche, en particulier les essais cliniques liés au Covid-19 et à d’autres urgences sanitaires. Son initiative vise à atteindre les comités nationaux d’éthique des 15 pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) avec ses activités de formation et de mise en réseau.  Il est financé par le partenariat Europe-Pays en Développement pour les Essais cliniques (Edctp) et a une durée de deux ans.