La 40ème réunion du conseil west africain college of Nursing (Wacn) ou Collège ouest Africain des soins infirmiers et obstétricaux se tient depuis le 02 et ce jusqu’au  09 septembre 2021 à Cotonou sous le thème : « Infirmières et sages-femmes : piliers de la couverture sanitaire universelle dans la sous-région Ouest Africaine ».  Cet évènement qui se tient au Bénin pour la deuxième fois après celui de 2009, a permis aux participants d’échanger sur  les soins de santé primaires, en assurant  aux ménages la réduction des charges liées à la santé.

J.F

Ces assises qui ont démarré depuis le 02 septembre dernier, permettront aux infirmiers et aux sages-femmes de s’approprier des contenus et du langage des 17 Objectifs du développement durable (Odd), de participer davantage à la promotion du nouveau modèle de santé préventif et éducatif et enfin de répondre à des critères de compétences et d’engagements puis développer la capacité et la volonté de travailler en synergie avec les autres disciplines de la santé afin d’accroître l’efficience de leurs soins dans l’intérêt du patient. En effet, le Wacn est une institution de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (Ooas) ayant une représentation dans chacun des pays membres dont le Bénin. Son objectif est entre autres de contribuer à l’amélioration de la qualité des soins de santé dans la sous-région. Dans son mot de bienvenue, le Vice-président du Wacn –Bénin, Dr Claude Djogninou a laissé entendre que les communautés internationales et sous-régionales reconnaissent et apprécient le travail remarquable que le personnel infirmier et sage-femme accomplit au quotidien au chevet des patients pour la couverture sanitaire universelle qui englobe la gamme complète des services de santé, qu’il s’agisse de la promotion de la santé, de la prévention, des traitements, de la réadaptation ou des soins palliatifs. « Aucune structure sanitaire ne peut bien fonctionner sans les infirmiers et les sages-femmes qui sont d’ailleurs les plus nombreux parmi les agents de santé. Ceci est une réalité qui dépasse les frontières sous-régionales », a-t-il ajouté. Par ailleurs, le Dr Claude Djogninou a fait observer que tout n’est pas rose dans le cadre de la délivrance des soins aux patients. C’est ce qu’a compris le gouvernement du Bénin, a-t-il poursuivi, pour engager des reformes dans le domaine de la santé et finir avec des pratiques routinières nuisibles à la santé. Renchérissant ses propos, le Représentant résident de l’Oms, Dr Mamoudou Harouna Djingarey a indiqué que cette assemblée est un évènement très important en cette période de riposte à la pandémie de la Covid-19 et de la nécessaire accélération des progrès vers l’atteinte des Odd. Selon ses propos, les sages-femmes et les infirmiers sont fortement impliqués dans les prestations des services de santé, aussi bien curatives, préventives que promotionnelles, y compris la réponse aux épidémies en général et en particulier à la pandémie de Covid-19, à tous les niveaux du système de santé et au plus près des populations. Dr Djingarey a pour finir, remercié très sincèrement le ministre de la santé pour le dynamisme qui caractérise le secteur de la santé au Bénin sous son impulsion et les progrès indéniables réalisés au cours de ces dernières années. Il en est de même pour les tous les Partenaires techniques et financiers (Ptfs) du secteur de la santé pour leur soutien multiformes. Ouvrant les travaux, le ministre de la santé, Benjamin Hounkpatin, a d’entrée de jeu, réitéré ses félicitations aux infirmiers et sages-femmes de l’espace ouest africain pour tout ce qu’ils font pour le bien-être de la population. « Les soins de santé primaires de qualité dont vous êtes les champions, permettent de réduire la pression sur les hôpitaux, améliorer la qualité de vie et assurent aux ménages une réduction des charges liées à la santé », a-t-il fait savoir. Pour sa part, le ministre Hounkpatin les invite à jouer pleinement leur partition maintenant que les gouvernements africains s’attellent à mettre en œuvre la couverture sanitaire universelle. « Notre pays le Bénin est bien avancé dans ce domaine à travers le projet Arch qui est en passe d’être généralisé à tout le pays après une phase pilote réussie », a-t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici