L’édition 2021 de la Journée internationale de la sage-femme (Jisf), n’est pas passée sous silence au Bénin. Elle a été marquée d’une tache d’huile par le Réseau des soignants amis des patients (R-sap) qui en collaboration avec le Groupe de travail des sages-femmes leaders du comité de protection des droits des patients et de promotion de l’humanisation des soins a organisé le samedi 08 mai 2021 une table ronde sur l’exercice de la profession de sage-femme en Afrique. C’était à son siège à Calavi. 

La revalorisation de la profession de sage-femme, préoccupe le Réseau des soignants amis des patients (R-sap). En témoigne la table ronde qu’il a organisé en marge à la célébration de la Journée internationale de la sage-femme (Jisf), édition 2021 placée sur le thème « Les chiffres parlent d’eux-mêmes : investissez dans les sages-femmes ».   « La preuve est faite qu’investir dans sages-femmes sauve des vies, améliore la santé et renforce les systèmes de santé ». Tel est le thème choisi par le R-sap au plan national pour commémorer la Jisf à laquelle étaient conviés des juristes, infirmiers et infirmières, techniciens de laboratoire, assistants sociaux, sages-femmes, auditeurs de la Chaire Unesco, philosophes, aides-soignantes et enfin des journalistes. En effet, cette table ronde vise à susciter la revalorisation de la profession sages-femmes notamment l’investissement dans la pratique sage-femme ; diffuser les difficultés rencontrées par les sages-femmes dans leur pratique quotidienne ; amener les populations à plaider pour la revalorisation de la profession sage femme et enfin de veiller à l’élimination des violences obstétricales et gynécologiques de même que les violences à l’endroit des sages-femmes. Au cours des travaux, les participants à cette ronde ont eu droit à des communications sur plusieurs thèmes « Présentation du contexte, des objectifs et des résultats attendus de la table ronde » ; « Attitudes des sages-femmes en salle de naissance au Bénin : le regard des individus, familles et communautés » ; « Défaut de sensibilisation des gestantes en CPN sur les méfaits du tourisme obstétrical ; un risque potentiel d’apatridie des nouveaux nés et de soins obstétricaux et néonatals inadéquats » ; « Investissements dans les sages-femmes : une nécessité pour améliorer les compétences humanistes et juridiques en milieu sanitaire africain » : « Contribution du R-sap à l’investissement dans les sages-femmes : une noble initiative à soutenir par les gouvernants et les société savantes des pays d’Afrique francophone ». Outre cela, il y a eu une projection vidéo sur les activités d’humanisation et de protection des droits des patientes réalisés par les Rsapiens et une simulation instructive sur la pratique en positions libres et sans violences. Quelques Rsapiens ont été également distingué eau cours de cette table ronde. Dans son mot de bienvenue, la présidente du R-sap, Annick Nonohou a laissé entendre que les sages-femmes exercent leur métier avec beaucoup de difficultés dans les hôpitaux et centres de santé publics. Elle en veut pour preuve le manque d’équipements, de matériels, d’outils d’humanisation de la consultation prénatale et de l’accouchement, les mauvaises conditions d’exercice entrainant la fuite des cerveaux, le défaut de réglementation de législation, la formation inadéquate et autres. Il est attendu de cette table ronde, le changement de paradigme en matière de formation, de pratique sage-femme, de dynamisation des associations, l’amélioration des conditions de vie et d’exercice des sages-femmes ; la reconnaissance législatif du statut médical, la correction de l’injustice administrative etc. Ouvrant ces assises, le Directeur juridique de la Fondation Omiloto Mérriadeck, Elie Gbédémakou a réitéré son engagement à toujours soutenir ce réseau pour le bonheur des usagers des hôpitaux. Mais avant, il a salué cette initiative du R-SAP et l’a invité à poursuivre dans cette lancée.

Victorin Fassinou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici