La Fédération des Syndicats de l’Education Nationale affiliés à la  Confédération des Syndicats Autonomes (Fédesen-Csa-Bénin) a effectué le vendredi 3 septembre 2021, sa rentrée syndicale. Au cours d’une cérémonie déroulée à la  Bourse du travail de Cotonou, cette structure sous tutelle de la Csa-Bénin par la voix de son Secrétaire général Christian Lokossou, a rappelé les différentes revendications des enseignants, invité le Gouvernement à jouer  sa part de responsabilité pour favoriser une année  scolaire et académique paisible. Aussi-a-t-il rassuré de l’engagement de la Fédération pour le bien du secteur éducatif. 

Victorin Fassinou

En restant coller à son habitude à la veille de toute rentrée scolaire, la Fédération des Syndicats de l’Education Nationale affiliés à la  Confédération des Syndicats  Autonomes (Fédesen-Csa-Bénin a fait le vendredi sa rentrée syndicale sous le thème : « Rôle des acteurs de l’éducation pour une année scolaire apaisée ». L’objectif de cette activité est  de faire le bilan de l’année scolaire et académique écoulée  et aussi  faire les projections pour celle à venir pour le bien du secteur éducatif.  Dans son mot à l’entame des travaux, le Secrétaire général Christian Lokossou a indiqué que « l’année scolaire et académique 2020-2021 s’est déroulée apparemment comme une année paisible, mais en réalité a couvé un certain nombre de situations de frustrations, de déceptions qui tendent à détruire la bonne foi réciproque qui reste et demeure une condition nécessaire à un fructueux dialogue social ». Au nombre de ces déceptions, il a cité , entre autres, les réformes du régime sans un minimum de concertation en amont  avec les travailleurs, le  nom respect des nombreux engagements pris depuis des années , le  retard ou du moins  le blocage systématique de la parution des actes administratifs, la suspension de certains responsables d’établissements avant d’avoir établi la responsabilité de ces derniers dans une mauvaise gestion et la situation de précarité des aspirants au métier d’enseignement.  Ces difficultés n’ont pas émoussé l’ardeur des enseignants. Malgré ces situations,  les enseignants  ont donné le meilleur de leurs potentialités pour produire les résultats très encourageants enregistrés l’année scolaire écoulée. Il a par ailleurs félicité et  encouragé les enseignants de divers ordre et de tous les secteurs qui ont  œuvré pour ces résultats.

Les revendications à satisfaire par l’exécutif

« Ces résultats qui  sont espérés et souhaités par tous les acteurs de l’école et des universités adviendront si la satisfaction dans les meilleurs délais de certaines revendications devenait effective ». Au nombre de ces revendications, énuméré par M.  Lokossou, figurent :   la restructuration du système de l’aspiranat afin  d’améliorer les conditions de vie et de travail des Aspirants aux Métiers d’Enseignant (Ame), la  parution des actes et des rappels, le retour en formation des Fe et Acdpe titulaires du Bapes et Bapet pour l’obtention du Capes et Capet (recrutés sur concours en 2009, 2012 et suivant… puis les reversés de la promotion 2008), le  respect du principe de bonne foi chez les acteurs du dialogue social et mise en place de mécanisme de communication efficace pour la vulgarisation des textes et l’accès à l’information. La fédération demande la franche implication des partenaires sociaux dans les réformes de  l’éducation, la dotation, le personnel administratif des lycées et collèges  d’un statut particulier, la dotation des écoles des manuels et aussi des cahiers d’activités à temps , la mise à disposition à temps des subventions pour le fonctionnement des écoles, collèges et lycées, le reversement des Acdpe en F suite à l’évaluation diagnostique d’août 2019.«  La Fédération Des Syndicats de l’Education Nationale affiliés à la  Confédération des Syndicats  Autonomes (Fédesen-Csa-Bénin) a toujours fait preuve de bonne foi et  montre sa disponibilité  pour un dialogue social productif, mais le non-respect de  ces revendications sera une source de démotivation des travailleurs du secteur de l’éducation, car un travailleur démotivé est pire qu’un travailleur absent », a martelé M. Lokossou qui   demande une fois encore au Gouvernement,  de jouer sa part de responsabilité pour favoriser une année  scolaire et académique paisible, gage de succès individuel et collectif pour tous les acteurs. Pour finir, il a exhorté tous les acteurs de l’école béninoise à prendre la mesure de la situation de la crise sanitaire liée à la Covid-19 en intégrant dans les habitudes et comportements toutes les dispositions nécessaires et utiles  pour la prévention et éviter sa propagation.

Une vue partielle des participants à la rentrée syndicale de la Fédération

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici