Les formations  de renforcement du leadership des jeunes et des femmes entrepreneurs au sein des groupements socioprofessionnels de plusieurs communes de Djougou se sont déroulées du  03 au 06 janvier 2023. Dans les salles de conférence des mairies de Djougou, Ouaké, Copargo et Bassila, ce renforcement des capacités s’inscrit dans le cadre du projet d’appui à la cohésion sociale dans la commune de Djougou financé par le Programme des Nations-Unies pour le Développement (Pnud).

Junior Fatongninougbo

Grâce à ces formations, organisées dans le cadre du  projet d’appui à la cohésion sociale dans la commune de Djougou financé par le Programme des Nations-Unies pour le Développement (Pnud), plusieurs jeunes porteurs, des associations et  groupements outillés afin d’augmenter leurs chances d’employabilité. Ont pris part à ces formations, l’ensemble des bénéficiaires du projet qui sont de jeunes porteurs de projet et des associations ou groupements. Lors des travaux, plusieurs  modules ont été abordés en élevage, en Agriculture,  et en Agroalimentaire. Ces bénéficiaires venus des filières de l’élevage, de la transformation agro-alimentaire et du maraîchage ont acquis des  notions qui vont leur permettre  de mettre en œuvre leurs compétences professionnelles et d’augmenter leurs chances d’employabilité.  Il s’est agi pour ces formations d’accompagner ces jeunes dans la formulation de leur vision et la planification de leur activité, de les appuyer sur les projets économiques des bénéficiaires afin de renforcer leurs capacités entrepreneuriales,  les accompagner et  les suivre dans leurs initiatives économiques.  Ces formations ont été animées par des spécialistes des questions de l’agriculture, de l’élevage et de la transformation agroalimentaire.  Elles ont  permis aux formateurs de donner des conseils aux participants. Mentionnons que le projet d’appui à la cohésion sociale dans la commune de Djougou s’inscrit dans le cadre de la collaboration entre le Gouvernement du Bénin et le Programme des Nations-Unies pour le Développement (Pnud) et vise à renforcer les efforts déployés par les autorités béninoises pour consolider la paix et prévenir l’extrémisme violent dans la commune.  L’objectif global du projet est de contribuer à la résilience socio-économique des populations les plus exposées à l’extrémisme violent dans la commune de Djougou. Il s’agit essentiellement de faire en sorte que les populations vivant dans cette localité aient non seulement la capacité d’améliorer et de maintenir leurs revenus, mais aussi de préserver leur mode de vie en commun. Cela leur permettra de résister aux offres des groupes extrémistes violents. Les deux principaux défis à relever en ce qui concerne les conditions socio-économiques et la cohésion sociale sont d’encourager et soutenir les initiatives entrepreneuriales des jeunes et des femmes de la commune de Djougou ; de renforcer le leadership des jeunes et des femmes entrepreneurs au sein des groupements socioprofessionnels ; et de promouvoir le dialogue communautaire pour la cohésion sociale.

Le projet a été lancé le 11 octobre 2022 à  Djougou. Dans ce cadre, les jeunes et les groupements de femmes intervenant dans les secteurs de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pisciculture, de l’Apiculture et de l’Agro-Alimentaire des quatre communes ont été invités à soumettre des projets. Au total, 756 dossiers ont été déposés par les requérants. Après examen des dossiers, dans la catégorie des projets à titre individuel, 209 projets ont été retenus, 38 pour la commune de Djougou, 50 pour la commune de Ouaké, 98 pour la commune de Copargo, 43 pour la commune de Bassila. Pour les projets portés par les associations, les coopératives et les groupements, 37 ont été retenus dont 08 pour la commune de Djougou, 12 pour la commune de Ouaké, 11 pour la commune de Copargo et 08 pour la commune de Bassila. Pour pouvoir atteindre les objectifs du projet, il a été mené une série d’activités pour d’une part accompagner les bénéficiaires jusqu’au démarrage ou au renforcement de leurs activités, et d’autre part renforcer les membres de la coalition nationale pour la paix intervenant dans le département de la Donga.