Après le rendez-vous manqué de l’année dernière pour cause de Covid-19, les fidèles musulmans du Benin ont célébré hier mardi, 20 juillet 2021, la fête de la Tabaski en communauté. A Porto-Novo, la place Idi d’Agbokou a abrité l’une des séances de prière consacrées à cet événement.  Le Président Louis G. Vlavonou ne s’est pas fait conter l’événement. Il était aux côtés des fidèles musulmans de la ville capitale. Ce fut un grand moment de communion au cours duquel l’autorité parlementaire a exhorté les fidèles musulmans en présence de l’imam de la mosquée centrale de la capitale, El-hadj Houzéifath Amzat, à plus de soumission à Dieu et de culture de la paix.

«…Je voudrais rendre grâce à Dieu le tout puissant, le miséricordieux qui a fait de ce jour, un jour d’action de grâce. L’instauration de cette fête au niveau de la communauté musulmane amène à reconnaître qu’il y a un Dieu unique auquel nous avons à nous soumettre. Donc c’est la soumission qu’on a voulu manifester à Dieu tout puissant car  si Abraham qui est le père de la multitude a voulu sacrifier son fils, c’est par obéissance et abandon total à Dieu. Et  notre présence ici nous fait revivre cet abandon. Nous avons à nous abandonner totalement à Dieu quelque soit ce qui arrive comme l’a dit le prédicateur tout à l’heure.  Dans le malheur, dans le bonheur, quelque que soit ce qui nous arrive, la perte de nos biens, de ce qui nous est cher, nous avons à nous soumettre entièrement à Dieu. Alors, ce que cela me donne de partager avec tout le monde, c’est que le pouvoir vient de Dieu. Et comme nous sommes créés à l’image de Dieu, nous avons à nous soumettre comme Abraham, à l’autorité qui est établie par Dieu. On ne vient pas au pouvoir de par sa propre volonté, c’est parce que Dieu l’a voulu. Dieu établit toujours quelqu’un pour continuer son oeuvre de création de jour comme de nuit et en toutes circonstances. Et c’est par rapport à cela que cette fête loin d’être une fête de sacrifice, est une fête de reconnaissance de la suprématie de Dieu sur ses créatures et aussi d’actions de grâce. À la communauté musulmane, je voudrais m’inscrire entièrement dans le message du prédicateur qui a dit que désormais avec les responsables des autres confessions religieuses,  cette façon de se retrouver ensemble dans un dialogue interreligieux fructueux  qui est l’émanation de la paix puisse se poursuivre afin que nous soyons effectivement dans une dynamique de paix pour que ce qui arrive ailleurs par rapport aux religions n’arrive jamais ici. La communauté musulmane a donné l’exemple en invitant les autres confessions religieuses et ils ont profité pour donner une prédication sur la paix. Je voudrais les féliciter et leur dire que nous avons pris bonne note. Quelque soit les actions de grâce, les autres religions emboîteront les pas à la communauté musulmane. Nous sommes des frères…». Tel est l’important message que le Président Louis G. Vlavonou a délivré avant de prendre congé de ses hôtes.

 

Le sens de la célébration

L’Aïd Al-Adha encore appelée la Tabaski symbolise la soumission à Dieu à travers  l’immolation du bélier en réponse à la promesse de sacrifice du prophète Ibrahim envers Dieu. C’est du moins ce qu’a rappelé l’imam de la mosquée centrale de Porto-Novo dans son sermon. « Au-delà de la soumission, elle symbolise aussi le sens  du partage du fidèle musulman », a-t-il ajouté. Partant de l’histoire de cette fête qui renseigne sur le respect de la promesse faite à Dieu par le prophète Ibrahim de sacrifier son fils unique Ismaël, le président de l’Union islamique du Bénin (Uib), l’imam Houzéifath Amzat a invité les fidèles musulmans à faire preuve d’humilité, de piété et de patience dans leur vécu quotidien. Pour finir, il a prié pour la paix, pour le président de la République, le président de l’Assemblée nationale et toutes les autorités politico-administratives de notre pays.

 

El hadj Affissou Anonrin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici