C’est parti pour la commercialisation des amandes de karité au Bénin au titre de l’année 2021-2022. La campagne a été officiellement lancée hier, jeudi  16 septembre 2021 à Nikki en présence de tous les acteurs de la filière.

Gilles G. Gnimadi

  170. 000 tonnes. C’est le poids des efforts des acteurs du secteur de karité au Bénin à la date du jeudi 16 septembre dernier. Cette performance ne réjouit guère les autorités béninoises notamment le ministère de l’agriculture qui souhaite que d’ici 2023 que les productions s’améliorent et atteignent 221.000 tonnes au moins.  Mais il faut retenir que ce sont les efforts fournis par le gouvernement de Patrice Talon qui a propulsé le rendement de ce secteur. D’où les 170.000 tonnes d’aujourd’hui.

A l’ouverture de la cérémonie du lancement de la campagne de commercialisation des amandes de karité, la présidente de l’Association nationale des femmes productrices d’amandes de karité, Mamatou Djaffo a indiqué que le gouvernement est bien conscient du potentiel énorme de la filière karité et rôle qu’elle joue dans le développement économique et social et, surtout au niveau des couches marginales et pauvres que sont les 200.000 ramasseuses et productrices de karité et des hameaux et villages de nos contrées, du centre et du nord Bénin, a-t-elle ajouté.  Car, a-t-elle expliqué, le karité constitue leurs principales ressources de revenu en cette période de soudure et de pré-rentrée scolaire. Pour elle, c’est l’occasion pour eux (membres de l’association) de solliciter tous les partenaires techniques et financiers à travailler avec leurs faitières au profit des acteurs de la filière karité.

Le ministre Dossouhoui souhaite 221.000 tonnes pour 2023

Le karité, « une  richesse à ne pas négliger ». Ainsi le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston Dossouhoui a rappelé aux acteurs du cette filière son importance dans la société. Ensuite, il a mis chaque acteur devant ses responsabilités. Il n’a pas manqué de les orienter sur les difficultés liées à l’organisation des acteurs, la déforestation sauvage. Aux têtes couronnées, il a sollicité leur implication pour la sensibilisation des acteurs. Et ce, pour accompagner les efforts du gouvernement. Son plus grand souhait est qu’en 2023, la production passe à, au moins, 221.000 tonnes en 2023.

Pour espérer des revenus meilleurs tout le long des chaînes de valeur karité, le ministre de l’industrie et du commerce, Shadiya Alimatou Assouman, a exposé les défis  qui doivent être relevés. Elle a cité,  entre autres, d’assurer une gestion durable de la ressource Karité ; la facilitation l’accès aux parcs dans les zones difficiles pour le ramassage des fruits de karité ; la facilitation de l’accès aux marchés internationaux à nos transformateurs ;  la poursuite de la promotion de la filière karité en l’intégrant dans les divers programmes de développement ; la maîtrise des flux transfrontaliers ; l’accroissement des investissements structurants dans l’industrie et autres équipements de transformation.

Le prix plancher d’achat des amandes de karité aux producteurs est de 100 Fcfa le kilogramme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici