Informé des manœuvres de tricherie dénoncées lors du concours de recrutement de 100 auditeurs de justice, le Chef de l’Etat Patrice Talon, fidèle à sa ligne de lutte contre la fraude et l’impunité, a ordonné purement et simplement l’annulation dudit concours, le mardi 15 décembre 2020. Mais, des voix s’élèvent faisant croire que la fuite des épreuves serait imputable aux services techniques du Ministère du travail et de la fonction publique (MTFP) alors que ce département ministériel ne s’occupe que de la logistique dans tout le processus d’organisation des concours de recrutement des auditeurs de justice. 

En effet, de sources dignes de foi, le choix des épreuves pour ce concours relève de l’unique responsabilité du Garde des sceaux Ministre de la Justice et de la législation. Ainsi, des informations qui nous sont parvenues, il ressort que  le Garde des sceaux, ministre de la justice et de la législation propose par matière, trois (03) épreuves. Les épreuves sont tirées au sort avant chaque composition, en présence des candidats installés dans l’une des salles d’examen. C’est dire donc que le Ministère du travail et de la fonction publique n’est mêlé ni de près ni de loin au processus de choix, ni de tirage des copies au profit des candidats. Pour ce concours, les candidats ont composé dans les matières suivantes : Culture générale, Procédure pénale et Procédure civile. Mais, contre toute attente et, au moment où se déroulait l’épreuve de procédure pénale, deux candidates ont été surprises dans des manœuvres de tricherie. L’une a été vue entrain de manipuler un téléphone portable et, l’autre, avec des documents écrits sous forme de brouillons qui n’étaient pas ceux fournis par le centre d’examen. Informé du dossier, le Parquet de Cotonou a ouvert une enquête pour situer les responsabilités. Faut-il le rappeler, la fraude dans les examens et concours est prévue et punie par les articles 754 et 757 du Code pénal. Outre cela, les auteurs ou complices de cette infraction sont passibles de cinq (05) ans d’emprisonnement et de cinq millions (5.000.000) Fcfa d’amende. A noter que pour ce concours, ils étaient au total 1.498 candidats dont 448 femmes à plancher. Il y a eu des candidats non professionnels et des candidats professionnels. En conclusion, il faut retenir que le Ministère du travail et de la fonction publique (MTFP) ne s’occupe que des questions de logistique dans le processus d’organisation des concours de recrutement des auditeurs de justice.

 Junior Fatongninougbo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici