Cotonou, la capitale économique du Bénin a abrité du  29  au  31 juillet  2021, les travaux de la  1ère session du comité exécutif de la Confédération africaine de musique (Cafrim). Ces assises qui ont permis de faire des activités menées par la structure, ont donné l’occasion aux membres du Comité exécutif de faire des projets pour le futur et dans l’intérêt supérieur de la musique africaine. 

Junior Fatongninougbo

La Confédération africaine de musique  (Cafrim) a de beau jour devant elle.  En témoignent les décisions issues de la première session du comité exécutif de la Confédération. Une rencontre internationale qui a réuni à Cotonou, pendant trois jours,  plusieurs pays d’Afrique. Il s’agit entre autres,  du Bénin, du Burkina-Faso, de la Côte -d’Ivoire et du Togo. Au cours des travaux, les participants et membres du Comité exécutif ont eu à réfléchir sur le développement de la Structure. Mais avant, ils ont eu à faire le bilan des activités de la confédération menées en ces derniers mois. Aussi, se sont-ils penchés sur les projets à impacts que le comité mettra en œuvre dans les tout prochains pour le bien de la musique africaine.Dans sa présentation, lors de la cérémonie d’ouverture des travaux, le secrétaire général de la Cafrim, Inoussa Samandoulougou du Burkina-Faso, a levé un coin de voile sur les activités phares menées par la Confédération en si peu de temps. Il a cité entre autres l’installation des présidents de commission et  de zones, l’élaboration du programme d’activités de la Cafrim,  l’approbation des conclusions de la 3e Assemblée générale de la Cafrim. La session a  noté avec satisfaction la tenue effective de six (6) audiences données par des autorités et diverses personnalités du monde culturel, économique et religieux. L’autre bonne nouvelle annoncée à cette occasion : Une bonne volonté a gratifié la Confédération d’une parcelle à Cotonou où sera érigé le siège. Le  donateur sera dévoilé lors d’une activité qui sera organisée à cet effet, a fait savoir le Sg Samandoulougou. La 1ère session du comité exécutif de la  Cafrim a été rehaussée par la présence de plusieurs personnalités du monde artististique, des acteurs culturels que des autorités en charge de la culture au Bénin. A l’instar de tous qui se sont  succédé au pupitre, l’artiste Béninois Jolidon Lafia venu de Paris  a salué l’initiative et toutes les actions menées par le Comité exécutif. Il a par la suite promis son accompagnement pour que le groupe réalise ses objectifs. Dans  son mot, le président de la Cafrim, Mathieu Vitoffodji du Bénin a rappelé que la  Cafrim a  été mise  en place depuis plusieurs années et a son siège à Niamey au Niger. Elle a entre autres objectifs de promouvoir et améliorer la musique, la diffusion en Afrique en tenant compte de son impact universel éducatif, culturel, ludique et humanitaire, et ce, en mettant en œuvre des programmes de jeunesse et  de développement, gérer la musique sous toutes ses formes par l’adoption de toutes les mesures qui s’avèrent nécessaires ou recommandables afin de prévenir la violation des statuts des règlements, des décisions de la Cafrim, promouvoir la musique sans aucune discrimination.A l’entendre, le meilleur reste à venir de la Confédération, avant de témoigner la reconnaissance de la Cafrim aux autorités  du ministère du Tourisme, de la Culture et des Arts (Mtca), notamment le  Directeur des arts et  du   livre (Dal) pour son soutien et ses précieux conseils. Représentante de la Dal Mylène Ewagnignon, a félicité le président de la Cafrim, Mathieu Vitoffodji et  toute  l’équipe qui est avec lui. Elle a pour finir, réitéré le soutien du Ministère de la culture et plus précisément de la Dal aux actions de la Confédération pour le bien de la musique africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici