Souvent minimisé par certains politiciens, le parti politique Moele-Bénin fait son chemin et étonnera toute la classe politique au soir des législatives de 2023. Pour mieux définir ses stratégies de conquête de son électorat  afin de mettre ses militants en ordre de bataille, le parti de Jacques Ayadji va en congrès extraordinaire ce week-end à Dassa.

Gilles G. Gnimadi

Doucement et de façon méthodique, Moele-Bénin conquiert le terrain politique béninois. Pendant que les autres partis se font des meneurs de jeu et dorment sur leur laurier, ce parti politique développe des stratégies qui lui permettent d’élargir sa base électorale sans grand bruit. Ainsi du 29 au 30 janvier, le président Jacques Ayadji et ses militants vont s’asseoir sur l’avenir du parti afin de définir les stratégies et techniques à mettre en œuvre pour la conquête de l’électorat. Ceci afin de frapper fort pour les législatives de 2023. Leur objectif politique de l’heure est d’œuvrer pour siéger à la 9e mandature. Bien quelle soit de la transition avec un mandat incomplet.  « Nous parlons de patriotisme économique qui consiste à consommer ce que nous produisons et à produire ce que nous consommons. Nous parlons d’une détermination pour arriver à gagner le combat de l’énergie sans lequel aucune industrialisation de notre pays n’est possible. Parce que vous ne pouvez pas produire ce que vous consommez et consommer ce que vous produisez si vous n’avez pas un tissu industriel. Quel tissu industriel est possible dans notre pays aujourd’hui si notre situation énergétique est celui qu’il est ? Nous-nous battons également pour cela… », avait soutenu le président Jacques Ayadji. D’une manière ou d’une autre, le parti politique Moele Bénin va frapper fort pour les prochaines législatives.