• Le sujet positif est dans la maison d’à côté, selon le Dnsp

  • « Chacun doit pouvoir prendre ses responsabilités », dixit Dr Pétas Akogbéto

La menace de la Covid-19 sur la population béninoise s’accentue chaque jour. Depuis hier, dimanche 21 juin 2020, le Bénin passe à13 décès pour 765 cas positifs. Face à cette montée de la pandémie, le directeur de cabinet du ministère de la Santé, Dr Pétas Akogbéto et le Directeur national de la santé publique, Dr Liamidi Salimi ont expliqué, sur les médias, les raisons de cette montée vertigineuse.

La propagation de la Covid-19 est à grande enjambée dans les murs du Bénin. Avec 115 cas positifs et 2 décès en 48 heures, le Bénin compte 765 cas confirmés avec 253 guérisons pour 13 décès. Une situation qui interpelle plus d’un des Béninois. Ce qui justifie la présence de deux autorités du ministère de la santé sur deux différentes émissions radio et télé afin de mieux toucher la population sur la grandeur de la menace. Sur l’émission « L’Entretien » de la chaine de télévision privée E-Télé, le directeur national de la Santé publique, Dr Liamidi Salimi s’offusque contre la banalisation des gestes barrières constatées ces derniers jours chez la population béninoise. Ce qui est une grave erreur que commettent les citoyens béninois, selon le Dnsp. Pour lui, avec plus de 500 sujets positifs au Bénin, c’est clair que la Covid-19 est dans la maison d’à côté, et il faut désormais prendre toutes les précautions pour éviter de contracter cette maladie. « Aujourd’hui plus qu’hier, nous sommes à risque. Quand on était à 40 cas, c’était possible de dire que le Coronavirus est dans la rue d’à côté. Mais à 500 cas, le sujet positif est dans la maison d’à côté. Mais est-ce que nous mesurons cela ? Je n’en suis pas sûr. Sinon cela se traduirait dans nos comportements », s’émeut Dr Liamidi Salimi avant d’insister sur le respect des gestes barrières qui ont fait leurs preuves sous d’autres cieux. Entre autres, a-t-il cité, le lavage des mains, le port de masques et le respect de la distanciation sociale d’au moins un mètre. Il invite chacun des Béninois à prendre conscience du danger et de les appliquer stricto sensu pour sauver les meubles. Car, dit-il, nous ne devons pas attendre l’hécatombe qui est en Europe avant de commencer par croire. Il faudrait que chacun puisse prendre conscience et les appliquer stricto sensu pour sauver les meubles.

« Chacun doit pouvoir prendre ses responsabilités »

Cette recrudescence constatée est due à plusieurs facteurs que le directeur de cabinet du ministère de la Santé a énumérés ici. Pour Dr Pétas Akogbéto, il s’agit entre autres, de la multiplication des tests de dépistage et du non-respect des mesures barrières édictées par le gouvernement. A cela, a-t-il ajouté, la période d’hibernation que traverse actuellement le pays. «On a constaté que la plupart des pays de la région côtière sont à forte augmentation. Si on fait un lien avec la période que nous traversons actuellement, c’est-à-dire l’hibernation, on peut penser un instant que le froid pourrait jouer un rôle », a-t-il tenté de situer. Pour lui, le mal persiste plus dans les départements du Littoral, de l’Atlantique et de l’Ouémé.

Un hôpital à Cotonou, un autre à Allada et un troisième à Parakou avec une capacité de 250 personnes. C’est avec ces hôpitaux que le Bénin soigne ces malades de la Covid-19, selon les explications du Dr Pétas Akogbéto. A ces trois, il a orienté les attentes vers deux autres qui d’ici peu seront fonctionnels à Abomey-Calavi et à Natitingou. « À côté de ces structures de prise en charge, nous avons encore élargi nos réseaux de soins. Nous avons 89 sites de dépistage répartis sur l’ensemble du territoire national pour faciliter le dépistage. Nous avons des laboratoires qui permettent également de faire la Pcr », a rassuré le directeur de cabinet du ministère de la santé avant d’indiquer que cette pandémie est l’affaire de tous. Par conséquent, « Chacun doit pouvoir prendre ses responsabilités », a-t-il exhorté.

Gilles G. Gnimadi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici