L’Ecole primaire publique Ouokon-Ahlan centre dans la commune de Ouinhi fait partie de l’un des établissements scolaires publics bénéficiaires des cantines scolaires gouvernementales. Dans cette école, une série d’activités autour de l’éducation nutritionnelle et  le suivi nutritionnel des enfants se font pour accompagner le Programme gouvernemental d’alimentation  scolaire   pour le bien des enfants. Des témoignages, cette initiative, fruit de partenariat entre les Pays-Bas et le Programme alimentaire mondial (Pam), qui vient en appui à la cantine scolaire, améliore la qualité des repas servis aux enfants à l’école  et  règle les problèmes de nutrition dans la localité.

Victorin Fassinou

Grâce aux  activités  d’éducation nutritionnelle, l’Ecole primaire publique Ouokon-Ahlan centre dans la commune de Ouinhi n’enregistre plus, comme avant, des cas fréquents d’absence dus aux maladies de malnutrition dans le rang des enfants. Aussi, les connaissances des communautés s’améliorent-elles sur  les questions de nutrition. L’éducation nutritionnelle appuyée par les Pays-Bas menée en soutien  au Programme national alimentaire scolaire porte ainsi ses fruits dans la commune de Ouinhi (Zou) et plus précisément dans la localité de Ouokon-Ahlan. A l’Ecole primaire publique d’Ouokon-Ahlan, la cantine scolaire donne une ouverture à la mise en œuvre de plusieurs activités intégrées en lien avec les questions de nutrition.  En effet, aux dires du directeur de l’Epp Ouokon-Ahlan, Hervé Zoungan, les enfants de la localité  étaient souvent sujets à des maladies infantiles. Depuis l’arrivée de la cantine scolaire et les activités d’éducation nutritionnelle, cette situation a connu une amélioration. Les enfants ne tombent plus malade comme avant. Consciente de la situation, la  communauté aussi a décidé de contribuer  au bien-être des enfants. Ceci en apportant leur contribution. A en croire le Directeur, la communauté qui est fortement engagée dans les activités de cantine scolaire, s’est mobilisée pour compléter à ces enfants depuis des mois, le petit déjeuner. Des appels de fonds et les bonnes volontés ont été sollicités pour soutenir l’école.  En dehors des repas du midi, les enfants de l’école prennent les matins à 10h, de la bouillie enrichie, sans payer. Un apport qui a positivement impacté la santé des enfants, confient enseignants et parents d’élèves.

Donner les connaissances nutritionnelles aux enfants et aux cousinières

Dans cette école, les enfants apprennent sur la nutrition en s’amusant.  L’école dispose des jeux éducatifs ‘’J’apprends la nutrition et l’hygiène en jouant’’  conçus pour les enfants dans les classes pédagogique, élémentaire et moyen (Cp au Cm1) des cours primaires publics bénéficiaires du programme des cantines scolaires. Cette suite de jeux éducatifs sous le format de puzzle d’aliments à arranger et de carte de questions – réponses amènent les enfants à se familiariser avec les catégories d’aliments tout en améliorant leurs connaissances sur les basiques de l’hygiène. L’approche des jeux offre un espace innovant de divertissement où tout en s’amusant, les enfants apprennent à reconnaître les aliments de croissance, protecteurs, énergétiques et les mettent en relation avec les repas scolaires à l’école et à la maison. A l’Epp Ouokon-Ahlan,  les femmes cuisinières  bénéficient de séances d’éducation nutritionnelle qui favorisent l’apprentissage continu sur les bonnes pratiques de cuisine pour conserver les nutriments contenus dans les aliments. Ces séances d’éducation nutritionnelle donnent également l’occasion pour sensibiliser ces dames sur les questions d’hygiène pour une alimentation saine. Ces notions sont répercutées sur la communauté qui en profite également. « …la mise en application des  connaissances que nous recevons à travers ces séances d’éducation nutritionnelle font que les enfants mangent de bons repas et sont en bonne santé»,  laisse entendre la présidente de la cantine scolaire de l’Epp Ouokon-Ahlan Constante Gnonlonfin.

Le jardin et la pisciculture : L’apport en protéine

L’Ecole primaire publique Ouokon-Ahlan, à l’instar des autres écoles à cantine, reçoivent des vivres du Pam. Et pour apporter régulièrement des légumes, des fruits aux enfants en complément à la ration du Pam, l’établissement développe un  jardin scolaire autour de sa cantine.  Dans ce  jardin qui s’étend sur une grande superficie, l’on peut trouver un peu de tout. Il s’agit des produits maraîchers et fruitiers : le gombo, la grande morelle,  l’amarante,  le basilic, le moringa la citronnelle, la patate douce, le bananier, le papayer et la tomate. A l’intérieur du  jardin, l’école développe une pisculture qui produit le tilapia et le poisson Chat. Ce jardin et la pisciculture permettent à l’école d’appuyer la cantine scolaire, plus précisément, les questions nutritionnelles chez ces enfants. Ces produits contribuent à relever la qualité nutritive du repas offert aux enfants à l’école. « Prioritairement, les légumes disponibles dans le jardin sont destinés à l’alimentation des enfants à la cantine.  C’est en cas de surplus qu’une partie est vendue sur le marché et les revenus sont reversés pour le fonctionnement de la cantine », explique le  superviseur des cantines scolaires dans la commune de Ouinhi Joinville Essey. Ces produits frais issus du jardin contribuent à relever la qualité nutritive du repas offert aux enfants à l’école.

Des enfants sauvés de malnutrition légère

La prise de mesures anthropométriques se fait au moins à tous les enfants de l’Epp Ouokon-Ahlan. Ceci pour surveiller l’état nutritionnel des enfants. Cette initiative  permet de prendre des actions pour corriger le plus vite les carences alimentaires chez les enfants qui sont frappés par la malnutrition sévère.  Grâce à ces mesures,  deux enfants ont été sauvés de justesse de la malnutrition sévère. A la prise de mesures anthropométrique, en décembre 2021,  Julienne et Bachirou étaient détectés malnutris sévères. Il fallait corriger l’alimentation de ces enfants. Les agents de suivi, ont recommandé aux parents d’augmenter leur consommation de légume vert et la consommation d’aliment de croissance.  Quelques mois après, en mars 2022, de nouvelles mesures ont été  prises chez ces enfants qui  sont passés aujourd’hui d’un état de malnutrition légère à un état normal.  Tout comme  Julienne et Bachirou, pas mal d’enfants ont été sauvés de la malnutrition légère, depuis que la prise de mesures anthropométriques se fait dans cet établissement.   Des témoignages, cet appui nutritionnel qu’apportent les Pays-Bas aux cantines scolaires, impacte positivement l’Epp Ouokon-Ahlan centre et les communautés en bénéficient également.