Les travaux de l’Assemblée générale de l’Association des consultants d’Afrique (AsCA), se sont déroulés le dimanche 28 juin 2020. Au Codiam à Cotonou, l’occasion était donnée aux  membres de converger leurs idées pour rendre plus dynamique l’Association et de la faire connaître partout en Afrique et dans tout le monde.

L’Association  des consultants d’Afrique (Asca) a de beau jour devant elle. Et pour cause, l’Association vient de définir les nouvelles bases qui lui permettront de mener efficacement la mission qu’elle s’est assignée à sa création. C’était à la faveur d’une Assemblée générale tenue le dimanche dernier. Une assise qui a connu la participation de tous les membres. Au cours de celle-ci, les participants ont eu à étudier  et adopter le  rapport d’activités de l’association. Ils sont passés à l’examen et à l’approbation des comptes de l’exercice 2019 et du rapport du commissariat aux comptes. L’autre point qui a marqué la rencontre est l’étude et la  validation du plan de travail annuel et le  budget exercice 2020 rapports moraux du président. Des échanges menés par les participants durant les travaux, ont donné de sérieuses orientations à d’impacts positifs sur l’association. Ce rendez-vous a également permis aux membres de  structurer l’association, de créer des commissions, de donner des thèmes à chaque commission pour pouvoir  permettre  à l’association de se faire connaître par les institutions  et les structures sur place et d’ailleurs comme  l’Uemoa, la Cedeao et autres. Des témoignages des membres, cette assemblée générale a été fructueuse, puisqu’elle a accouché de pertinentes orientations et recommandations en faveur de l’Association.  Dans son mot, à l’entame, le Président général de l’Association  des consultants d’Afrique (Asca), Léonard Logbo  a fait un rappel des  attentes de la présente rencontre.  Revenant sur  la genèse de l’Association, il  a raconté que « le  métier du consultant était un peu galvaudé.  Beaucoup de consultants font des travaux et ne sont pas bien payés. Et la  cause de cette situation, les consultants ne connaissent pas l’art du métier. Cela a suscité l’organisation des formations sur les métiers du consultant.  Ces formations ont permis de consolider les connaissances du consultant moyen et d’apprendre de nouvelles connaissances  dans le métier du consultant.  C’est au cours de cette formation qu’a germé l’idée de se mettre ensemble au plan africain. D’où la naissance de l’Association  des consultants d’Afrique (Asca) ».  Aux dires, de M. Logbo, l’une des missions de l’Asca est de contribuer efficacement à l’orientation et à la valorisation des compétences des cadres, des diplômés, de toutes personnes susceptibles d’apporter une valeur ajoutée à la compétitivité des organisations dans leur grand ensemble. Ce creuset  permet aux membres de renforcer leurs capacités et d’aller chercher des marchés et obtenir des marchés et les exécuter afin que l’association soit davantage connue de par la qualité des interventions de ses membres.   L’autre ambition de l’association est d’aller vers des partenariats avec des structures ou institutions aussi bien locales et internationales sur place. A en croire le Président Léonard Logbo, l’Association des consultants d’Afrique nourrit de nobles ambitions à court et à long terme.  « Notre vision est d’être dans 10 ans la plus grande organisation professionnelle en Afrique.  Des démarches sont déjà faites pour l’implantation de cette association dans de nombreux pays de la sous-région. La vision est de gagner toute l’Afrique et d’être une association mondiale par la suite », ajoute-t-il.

Victorin Fassinou

Une vue partielle des participants lors des travaux de l’AG
Le présidium à l’ouverture des présentes assises

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici