Son arrivée à la tête de Yokpo, un arrondissement de la commune de Zè, a changé beaucoup de choses. C’est du moins ce que révèle le bilan à mis parcours du jeune acteur politique, Pierre Boutokpo dit ‘’Gbokoutchan’’. Reçu sur l’émission ‘’La Loupe ‘’ de la Radio Sogema le week-end écoulé, il a passé au scanner les réalisations menées seulement en deux ans sous son leadership.

Joseph-Martin Hounkpè

Portant plusieurs casquettes à la fois, M. Pierre Boutokpo met sa carrière de jeune politicien au profit  de l’arrondissement de Yokpo. En deux ans, il a effectivement surpassé tout ce  qui se faisait à la tête de cette localité  de la commune de Zè. « Les lignes ont vraiment bougé, beaucoup de choses ont été faites. Au profit de la jeunesse et des femmes, beaucoup de choses ont été faites et continuent d’être faites », a-t-il répondu à la question du journaliste de savoir ce qui a pu changer dans l’arrondissement dans lequel tout semblait être reconstruit.  Ainsi, Gbokoutchan a initié des formations en transformation, en élevage et des sensibilisations pour ses administrés qui en avaient besoin. Avec  son dynamisme, il a pu actionner le bon fonctionnement de l’arrondissement  de Yokpo.  A ce point,  il a précisé : « Il faut dire que malheureusement, avant notre arrivée, l’arrondissement de Yokpo n’était pas si fonctionnel, si je peux m’exprimer ainsi. Les portes n’étaient pas tout le temps ouvertes. Mais désormais, le fonctionnement s’est beaucoup amélioré de même que les services que l’arrondissement doit offrir aux usagers ». Le jeune  Chef d’Arrondissement( Ca),  avec  sa diplomatie, a aussi négocié et  obtenu un important  service  qui  était centralisé  au niveau  de la  Mairie de Zè. Aujourd’hui,  c’est grâce à lui qu’on célèbre les mariages aux civils dans cet arrondissement. Par ailleurs, les actions du gouvernement du Président  Patrice Talon impactent tout le Bénin. Du coup, Yokpo aussi a bénéficié  du projet de l’électrification.  Si ceci  n’est pas un fruit  du jeune  acteur politique beaucoup adulé par ses administrés, son management a tout de même porté  un fruit. Il a reconnu le mérite au  Chef de l’Etat. « Il faut saluer le Gouvernement de la Rupture. Ce qui se fait actuellement en terme d’électrification dans l’arrondissement de Yokpo et dans toute la commune de Zè est gigantesque. Et il faut encourager et féliciter le Gouvernement pour tout ce qu’il fait. Avant, si vous passez la nuit, vous avez l’impression de traverser une grande forêt. Mais c’est désormais du passé. Une fois à l’arrondissement aujourd’hui, vous pouvez facilement utiliser vos téléphones et ordinateurs et la nuit, tout est éclairé », a-t-il fait savoir. Il faut noter  qu’il a toujours mené des actions sociales de tout genre à l’endroit de sa population. Malgré  son jeune âge, Pierre Boutokpo a la gâchette facile de convaincre  ses  pairs  qui ont une  certaine ancienneté et expérience en  politique,  puisque, a-t-il précisé, la voix du Ca est la voix du peuple, la voix de l’arrondissement. « Je me bats bien pour défendre mon arrondissement. Et la question d’âge n’a pas sa place dans les débats au sein du Conseil communal. L’âge importe très peu », a martelé l’entrepreneur et acteur culturel. Aux jeunes comme lui, qui voudraient se frayer  un chemin en politique, il a prodigué quelques conseils. Selon lui, il faut tout de même étudier, apprendre aux côtés des aînés tout en militant dans un parti politique.  Sa biographie révèle en  effet qu’il a un parcours académique et une vie de militantisme et d’engagement pour le développement de sa cité. Et justement c’est quelqu’un qui a un titre d’Ingénieur agricole, titulaire d’un Master 1 en agronomie. Il est projeté pour fin d’année 2022 sa soutenance en Master. Il a été du parti du Mouvement des citoyens pour le développement et le progrès (Mcdp) avant d’adhérer à l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (AND). Parlant de l’entrepreneur bon teint, il invite ses jeunes frères à aller à l’entreprenariat car, l’Etat n’a pas la possibilité d’employer tous les diplômés qui sortent chaque année de l’université. C’est qui l’a d’ailleurs  motivé à se lancer dans les affaires.  « Nous jeunes, nous ne rendons aucun service à l’Etat central en croisant les bras pour attendre de solution de sa part », a-t-il fait savoir.