Apprendre et s’inspirer de l’expérience béninoise en matière de la gestion des cantines scolaires. C’est à cet exercice  qu’une forte délégation multisectorielle de la République du Burundi conduite par la première dame Angeline Ndayishimiye  s’est donné du 9 au 14 juin au Bénin. Au terme de cette visite d’étude du programme des cantines scolaires du Bénin, la délégation lors d’un point de presse tenu au Novotel  de Cotonou, a dit sa satisfaction qui se trouve à plusieurs niveaux. 

Victorin Fassinou

 

« Nous sommes très contents de la visite d’étude et d’échanges d’expériences en matière de gestion des cantines scolaires que nous avons effectuée au Bénin….. Nous sommes satisfaits à plusieurs niveaux », ont laissé entendre les ministres burundais Dr François Havyarimana en charge de  l’éducation nationale et de la recherche scientifique  et  Dr Déo Guide Rurema en charge de l’agriculture lors de la conférence de presse  donnée par la délégation burundaise au terme de leur visite de travail au Bénin. Des interventions de ces deux ministres burundais,  la délégation a été marquée par l’accueil chaleureux et fraternel que lui ont réservé le gouvernement béninois et la représentation nationale  du Programme alimentaire mondial (Pam). L’autre chose qu’ils ont apprécié, c’est l’accueil aimable des responsables scolaires des écoles visitées mais aussi de l’administration locale et des populations.Pour eux, tout ceci donne la preuve de ce que ce programme d’alimentation scolaire n’est pas seulement l’apanage des écoles mais une affaire de tout le monde. Les choses qui ont impressionné la délégation burundaise au Bénin sont entre autres, « l’implication de partenaires privés, le lien du programme des cantines scolaires avec l’agriculture locale et les petits producteurs locaux , la  volonté politique au haut niveau, l’engagement au haut niveau avec les partenaires techniques et financiers, l’implication des communautés pour l’appropriation du programme et l’implication de partenaires privés, le lien du programme des cantines scolaires avec l’agriculture locale et les petits producteurs locaux, la tolérance zéro sur le vol des vivres destinés aux cantines scolaires et l’approche intégrée qui montre qu’il ne s’agit pas seulement d’un programme pour nourrir les enfants mais aussi de développement local ». « Nous avons globalement, une impression positive au terme de notre visite  », a laissé entendre le  ministre burundais de l’éducation nationale et de la recherche scientifique, Dr François Havyarimana.

« Ce que nous avons vu sur le terrain est  un signe éloquent pour l’appropriation et la durabilité du programme des cantines scolaires ; C’est préparer l’avenir des enfants et être sûr qu’on aura des ressources humaines de qualité pour l’avenir. Nous avons noté aussi la bonne organisation et gestion des cantines scolaires », a témoigné le ministre burundais de l’agriculture, Dr Déo Guide Rurema. Pour le  représentant résident du Pam au Burundi, Dr Housainou Taal, le  model du Bénin, c’est un modèle de référence. Il y a des aspects exceptionnels à partager.

L’invite du Cerfam aux deux pays…

Aux dires du Directeur par intérim du Centre d’excellence régional contre la faim et la malnutrition (Cerfam), Patrick Teixeira, qui a facilité le dialogue entre le Bénin et le Burundi et présenté une synthèse de la mission burundaise au Bénin. Les repas scolaires, pour lui,  sont perçus comme un droit pour les enfants afin de renforcer leur éducation. Cette  visite n’est qu’une première étape du partenariat entre les deux pays. « Au Bénin, il  y a des solutions endogènes, des innovations, une pléthore de bonnes pratiques qui méritent d’être connues », a-t-il laissé entendre avant d’inviter les deux pays à  continuer la conversation à travers des échanges fructueux et des actions concrètes.

Le satisfecit de Guy Adoua du Pam Bénin à la délégation

« La  promptitude de la délégation burundaise est une leçon pour nous. Nous avons vu la première dame et tous les ministres prendre tout leur temps pour observer, poser des questions et comprendre. Lors des présentations, nous avons vu qu’il y avait des choses déjà développées du côté du Burundi et que nous avons aussi besoin de suivre. Nous avons vu une équipe déterminée, ouverte et qui repart avec ce qu’elle est venue chercher. Nous serons très heureux de visiter le Burundi pour pouvoir aussi apprendre de ses expériences dans le domaine », a témoigné le Représentant résident du Pam Bénin Guy Adoua. Des témoignages, la délégation ministérielle qui a accompagné la première dame du Burundi Angeline Ndayishimiye, la délégation burundaise est repartie  sous une bonne note et bien comblée.

Les officiels posant ici

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici