Il a joué le rôle du facilitateur de dialogue lors de la visite d’études du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi) au Bénin qu’a effectuée une forte délégation multisectorielle de la République du Burundi conduite par la première dame Angeline Ndayishimiye  du 9 au 14 juin 2021. Le Directeur par intérim du Centre d’excellence régional contre la faim et la malnutrition (Cerfam) basé en Côte d’Ivoire Patrick Teixeira, a été associé à ces échanges entre les deux pays sur l’invitation du représentant résident du Programme d’alimentaire mondial (Pam) au Bénin, Guy Adoua. L’une de ses mission était  est de faire en sorte que des échanges établis entre le gouvernement du Burundi et le gouvernement du Bénin  puissent ressortir  des bonnes pratiques, des innovations, des solutions durables pour accélérer les efforts dans la lutte contre la faim et la malnutrition. Le rôle du Cerfam est de faciliter ces échanges et aider aussi à faire en sorte que la promotion de ces bonnes pratiques et actions soit suivie d’effets au niveau politique, stratégique et opérationnel. Dans cet entretien, M. Teixeira, revient sur ce qui justifie la présence du Cerfam dans cette mission, le  rôle qu’il a  joué au cours de cette mission, les attentes de ce partenariat entre les deux pays. S’agissant de ses appréciations de ce qu’il a vu sur le terrain, il confie que les pratiques visitées sont  extrêmement prometteuses, extrêmement innovantes. Elles  témoignent de l’engagement et de l’engouement des communautés mais aussi des partenaires au développement à faire de l’école non seulement un lieu où les enfants viennent manger des repas sains et équilibrés mais également une plateforme de développement d’interventions diversifiées et complémentaires . Pour lui, avec ce programme, les enfants sortent gagnants avec une meilleure éducation, une meilleure nutrition et une meilleure santé pour tous.

Qu’est-ce qui justifie la présence du Cerfam à l’occasion de cette mission du Burundi au Bénin ?

Le Centre d’excellence régional contre la faim et la malnutrition en Afrique, le Cerfam, est une initiative stratégique entre le gouvernement de la Côte-d’Ivoire et le Programme alimentaire mondial (Pam). Nous travaillons en étroite collaboration afin d’accompagner les efforts des gouvernements dans les domaines clés de l’alimentation scolaire, de la résilience communautaire, de la lutte contre la malnutrition, de la transformation rurale, s’appuyer sur des partenariats solides, la recherche afin d’avoir des données probantes, une évidence pour pouvoir obtenir les ressources et l’engagement mais aussi l’assurance et l’assistance technique et enfin le plaidoyer et la communication afin que la lutte contre la faim et la malnutrition reste vraiment une des priorités de nos gouvernements comme un moyen essentiel pour arriver vers le développement et l’émergence.

A ce titre, la coopération Sud-sud revêt une importance stratégique très importante dans l’action du Cerfam. Donc c’est à l’invitation du représentant résident du Pam au Bénin que nous nous sommes associés à ces échanges qui sont établis entre le gouvernement du Burundi et le gouvernement du Bénin afin qu’ensemble ils puissent trouver des bonnes pratiques, des innovations, des solutions durables pour accélérer les efforts dans la lutte contre la faim et la malnutrition. Donc le Cerfam est ici pour faciliter ces échanges et aider aussi à faire en sorte que la promotion de ces bonnes pratiques et actions soit suivie d’effets au niveau politique, stratégique et opérationnel.

Vous avez été là du début jusqu’à la fin de la mission. Quelles sont maintenant vos attentes de ce dialogue entre le Bénin et le Burundi ?

La présence d’une délégation de très haut niveau conduite par son excellence madame la première dame et trois ministres du Burundi celui de l’éducation, de l’agriculture et de la santé témoigne de l’importance qu’a revêtue cette action de coopération Sud-sud et du renforcement des capacités. Nous avons trouvé ces échanges extrêmement enrichissants et très prometteurs. Au cours de ces 5 jours de visite, nous avons pu voir à quel point la détermination, la conviction et l’engagement politiques à un très haut niveau étaient importants. A ce titre, nous saluons l’action du gouvernement du Bénin au plus haut niveau, non seulement à y mettre les moyens nécessaires mais aussi à répandre ce projet dans toutes les zones du Bénin. Nous avons vu au cours des visites sur le terrain, des pratiques extrêmement prometteuses, extrêmement innovantes, qui témoignent de l’engagement et de l’engouement des communautés mais aussi des partenaires au développement à faire de l’école non seulement un lieu où les enfants viennent manger des repas sains et équilibrés mais également une plateforme de développement d’interventions diversifiées et complémentaires qui vraiment renforcent l’action de ces gouvernements en matière de développement du capital humain et de promotion de l’économie locale à travers des actions dont bénéficient des communautés, la production locale, etc. Et donc bien sûr, les enfants sortent gagnants avec une meilleure éducation, une meilleure nutrition et une meilleure santé pour tous.

Est-ce à dire que les initiatives que vous avez observées sur le terrain par rapport à l’expérience du Bénin sont susceptibles d’être documentées par le Cerfam et partagées au niveau de la sous-région ? Peut-être que cela produira, comme vous le souhaitez, des effets au niveau politique, stratégique et opérationnel.

Je peux vous dire d’ores et déjà que oui, le Cerfam serait extrêmement honoré d’accompagner ces efforts, de faire en sorte que les bonnes pratiques que nous avons vues ici au Bénin et celles qui ressortent du Burundi puissent être documentées et disséminées. L’action du Cerfam, c’est vraiment de promouvoir des solutions innovantes, des bonnes pratiques, que d’autres gouvernements pourraient aussi vouloir répliquer et mettre à l’échelle. C’est dans ce sens que nous avons justement l’honneur d’être associés à cette initiative et de faire en sorte que nous puissions, en tant que facilitateur, en tant que plateforme de diffusion d’échanges de connaissances et d’expériences, apporter notre expertise et la mettre au service du Bénin et du Burundi afin que la coopération Sud-sud porte ses fruits dans cette éradication de la faim et de la malnutrition, la promotion de systèmes alimentaires durables et qu’on puisse vraiment atteindre non seulement les Objectifs de développement durable (Odd) mais aussi l’agenda 2063 de l’Union africaine (Ua).

Propos recueillis par  Victorin Fassinou (La Presse du Jour)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici