Clap de fin pour le concours de rédaction de textes « Dix mots pour sauver la terre» édition 2021.Visant à sensibiliser la communauté, en l’occurrence les élèves sur la thématique du changement climatique, ses conséquences et les bons comportements à adopter pour y faire face, ce concours est une initiative du centre international d’art et de musique de Ouidah (Ciamo) en collaboration avec l’association Ouidah Tourisme.

J-F

En organisant le  concours ‘’Dix mots pour  sauver la terre’’ le Ciamo apporte sa touche à l’éducation environnementale. En effet, il s’est déroulé sur 2 phases à savoir la phase de la rédaction des textes et la phase orale qui a eu lieu le 11 décembre au centre international d’art et de la musique de Ouidah (Ciamo). Dix (10) mots (terre, résilience, humains, montée, l’eau, faim, température, fin, action, baisse) pour rédiger des textes sur le réchauffement climatique. En effet, devant un jury composé de Carine Tchinkoun (présidente), Gabin Tchiakpè (membre)  et Dominique Boko (membre), les dix finalistes provenant du Ceg1, du Ceg2 et du lycée technique de Ouidah, se sont mesurés et ont pu démontrer leur intérêt pour la thématique et leur capacité intellectuelle. Chacun d’eux a répondu oralement à  2 questions tirées au sort. Ils ont été évalués sur la base des critères tels que la culture générale, l’éloquence et la maîtrise du sujet. Et après délibération du jury, la lauréate Anaïs Fagbédji en classe de 2nd D au Ceg2 de Ouidah a été classée 1ère avec une moyenne de 18/20. Karel Hinnou en 1ère C au  Ceg2 Ouidah et Raïssa  Fagbédji en Tle G2 au lycée technique de Ouidah sont classées respectivement 2e et 3e à l’issue de ce concours. La particularité en terme de récompense est que tous les 10 finalistes à quelques différences près, sont repartis avec les mêmes lots composés entre autres de livres au programme, des dictionnaires, des paquets de cahiers, des boîtes de craie, des T-shirts, des casquettes et d’attestations  de participation. Dans son discours à l’entame de la finale, le directeur du Ciamo  a rappelé que ce concours a été organisé dans le cadre de l’édition 2021 du salon du livre de jeunesse  (Lica). A l’en croire,  la deuxième mission du Ciamo, c’est l’éducation environnementale. La première mission étant l’éducation artistique. « Nous avons initié ce concours pour sensibiliser la communauté sur les enjeux des changements climatiques », a fait savoir Wilfrid Houndjè. Il a saisi l’occasion pour témoigner la gratitude de son centre aux partenaires qui ont contribué à l’organisation de ce concours. Il s’agit de l’association Ouidah Tourisme, l’Institut français du Bénin (Ifb), l’Agence française pour le  développement (Afd), le Lica à travers le projet ‘’ressources éducatives’’, etc. Rappelons que dans le même cadre de ce concours, le Ciamo a fait lire aux écoliers du primaire de la ville de Ouidah, un texte sur le réchauffement climatique avec images à l’appui, afin de leur faire comprendre ce phénomène, ses causes et ses conséquences, les comportements à avoir pour atténuer les effets du réchauffement climatique. « La thématique du projet, c’est lire pour apprendre. Ce n’est pas que lire pour avoir des notes, mais c’est lire pour appliquer, lire pour que la lecture soit un outil de formation pour le jeune enfant », a expliqué Wilfrid Houndjè. C’est une contribution noble à la lutte contre les effets néfastes du climat