La première dame du Burundi, Angeline Ndayubaya Ndayishimiye, à la tête d’une forte  délégation multisectorielle, est depuis le mercredi 09 juin 2021 en visite d’études du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi) au Bénin. Au Novotel à Cotonou, cette mission a rencontré, à la première journée,  le Programme alimentaire mondial (Pam) et les autres agences du Système des Nations-Unies impliquées dans la gestion de ce programme. A l’occasion, cette délégation, à travers des présentations détaillées, a eu à apprendre de l’expérience béninoise en cours depuis 2017 et de s’inspirer du modèle du Bénin pour le Burundi.

Le Bénin est une référence en Afrique en matière de la gestion des cantines scolaires. Et c’est pour s’inspirer du modèle béninois que la première dame du Burundi, Angeline Ndayubaya Ndayishimiye  à la tête d’une forte  délégation multisectorielle séjourne au Bénin.  Au premier jour  de cette visite d’étude du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi)  du Bénin, la délégation a eu une séance avec le  Programme alimentaire mondial (Pam)  à qui le gouvernement a  confié la gestion de ce programme et les autres agences du Système des Nations-Unies impliquées. Cette rencontre de partage a permis à la première dame du Burundi et sa suite de comprendre comment fonctionnent les cantines scolaires, les rôles de chaque acteur impliqué. Des différentes présentations faites par l’équipe du Pam Bénin ont édifié la délégation. « Le Programme des cantines scolaires au Bénin couvre   3851 écoles  dans toutes les 77 communes que compte le Bénin. Il alimente plus de 650.000 écolières et écoliers. …Le programme démarré depuis 2017, enregistre tous les ans des succès qui impactent positivement le système éducatif béninois…», a fait savoir l’équipe du Pam Bénin.  « L’expérience béninoise se déroule sur la base d’une feuille de route validée par le gouvernement avec deux principales phases: la phase de test et la phase d’extension. Le modèle aborde essentiellement toutes les étapes de mise en œuvre de programme de cantine scolaire y compris la définition d’un panier alimentaire et le renforcement de la participation communautaire. Le programme d’alimentation scolaire au Bénin est mis en œuvre sous une approche qui intègre l’éducation, la santé, la nutrition, l’agriculture, l’hygiène et l’assainissement. Il est développé une expérience propre au Bénin », a ajouté le Représentant Résident du Programme alimentaire mondial au Bénin Guy Adoua.

Le Pam à l’en croire,  continue de travailler pour le renforcement institutionnel de la partie nationale dans le cadre de la mise en œuvre du programme, car il est nécessaire de planifier et de développer de manière adéquate ses capacités à tous les niveaux pour l’appropriation et la durabilité du programme. Saluant la confiance placée au Système des Nations-Unies en lui confiant la gestion de ce programme, le Coordonnateur résident du Snu au Bénin, Salvator Niyonzima a souligné que cette visite permettra de renforcer les capacités des décideurs et techniciens burundais à développer un programme de cantine scolaire endogène basé sur la production locale en s’imprégnant de la riche expérience du Bénin.

 Un bel exemple de coopération entre le Su et le Gouvernement …

Dans son intervention, M. Niyonzima a indiqué que le Pnasi  est un véritable instrument fédérateur. Il est un instrument de mobilisation des acteurs du secteur de l’éducation (Ptfs, décideurs et populations).  Il est un bel exemple de coopération entre le Système des  Nations- Unies et le Gouvernement. L’autre chose qu’il a louée, est cette  initiative gouvernementale qui a pour cible la jeunesse. A la suite de M. Niyonzima, la Représentante Résidente de l’Unicef et chef de file de l’éducation, Djanabou Mahonde a révélé la force du partenariat dans l’expérience béninoise. A ses dires, au Bénin, pour réussir la mise en œuvre du Programme national d’alimentation scolaire intégré, des actions de complémentarité et de synergie sont menées par les partenaires techniques et financiers et les ministères sectoriels clés. « Le Burundi porte une importance capitale aux expériences capitalisées par le Bénin et à l’observation directe de la mise en œuvre des cantines scolaires basées sur la production locale », a fait savoir la marraine du Programme national d’alimentation scolaire (Pnas) au Burundi.

La première dame burundaise salue la vision de Talon …

 « Cette visite permettra de renforcer les capacités des décideurs et techniciens burundais à développer un programme de cantine scolaire endogène basé sur la production locale en s’imprégnant de la riche expérience du Bénin », a relevé le Coordonnateur résident du Snu au Bénin, Salvator Niyonzima, lors de la rencontre du mercredi. Séduite par les différentes présentations, la première dame burundaise a salué la vision et l’engagement du Président de la République du Bénin et de son Gouvernement à investir dans l’Alimentation Scolaire sous une approche intégrée. Elle a aussi exprimé sa reconnaissance et ses félicitations à toutes les agences du Snu, en particulier au Pam pour l’expertise apportée aux Etats dans la gestion des cantines scolaires.

Victorin Fassinou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici