Les travaux de la 5e conférence mondiale des Présidents de Parlement ouverte depuis le 7 septembre 2021 à Vienne, capitale d’Autriche se sont poursuivis le mardi 8 septembre 2021. Au cours des échanges, les réflexions se sont cristallisées autour de la gouvernance mondiale et du défi sécuritaire des Parlements. La délégation béninoise conduite par le Président Louis G. Vlavonou a fait forte impression au cours de ces échanges. Les apports du Président de l’Assemblée Nationale du Bénin sur les deux thèmes qui ont été développés au cours des échanges ont été d’ailleurs salués à leur juste valeur par l’ensemble des participants.

El-Hadj Affissou Anonrin

Sur le premier thème qui porte sur « Les parlements et la gouvernance mondiale: un projet en cours », le Président Louis G. Vlavonou a été on ne peut plus clair. « En tant qu’incarnations de la souveraineté populaire et temples de la démocratie, les parlements ont assurément un grand rôle à jouer dans la gouvernance mondiale », a-t-il dit d’entrée. « A cet égard, il convient de se féliciter de toutes les initiatives qui permettent aux présidents des parlements de se prononcer sur les grands défis auxquels le monde est confronté comme celui du développement durable, de la sécurité, de la pandémie en cours pour ne citer que ceux-là », a-t-il poursuivi. Se référant  à la première conférence mondiale des présidents de parlement  qui s’est tenue à New-York à la veille du sommet du millénaire qui devrait regrouper les chefs d’Etat et de Gouvernement de la planète dans le cadre de la mise en place d’une coalition mondiale  pour le développement, le Président Louis G. Vlavonou a rappelé  la bonne démarche qu’avait adoptée à l’époque le secrétaire général des Nations-Unies d’alors, feu Koffi Annan qui recommandait de recueillir l’avis ou la position des représentants du peuple afin que les décideurs en dernier ressort puissent en tenir éventuellement compte. De ce point de vue, a-t-il dit,  l’Union inter parlementaire a un grand rôle à jouer en tant que le représentant des parlements à l’Onu. Elle doit, selon le Président Vlavonou établir notamment  une coopération fluide et mutuellement bénéfique entre cette organisation et les représentations nationales dont elle est le porte-voix. Il lui  paraît surtout hors de question que, dans le cadre de la gouvernance mondiale, l’organisation des Nations-Unies, où sont représentés tous les Etats de la planète, devienne la tribune où seront transposées, éventuellement, les relations conflictuelles entre les gouvernements et les parlements nationaux de certains pays. « Une telle situation, difficilement gérable par le Secrétaire général de l’Organisation, risquerait en effet de plomber purement et simplement la gouvernance mondiale et constituer une entrave sérieuse à l’atteinte des objectifs visés », pense le premier responsable du Parlement béninois. L’intervention du Président Louis G. Vlavonou pour ce qui est du second thème qui porte sur « L’ouverture, la transparence et l’accessibilité des parlements face au défi sécuritaire, comment trouver le bon équilibre ? », a aussi retenu l’attention des participants. Il a notamment partagé avec les uns et les autres les grandes réformes engagées par la 8e législature de l’Assemblée Nationale du Bénin qu’il dirige ceci, dans le domaine du défi sécuritaire en lien avec l’ouverture, la transparence et l’accessibilité des parlements. « Dans mon pays au Bénin, il existe un commandant militaire nommé par la hiérarchie militaire sur proposition du Président de l’Assemblée nationale conformément à l’article 134 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Ainsi, le groupe de sécurité de l’Assemblée nationale étant placé sous l’autorité directe du Président de l’Assemblée nationale avec entre autres attributions : l’escorte et la protection de l’intégrité physique du Président de l’Assemblée nationale ; la protection de l’intégrité physique des membres du bureau et de tous les députes ; lors la législature actuelle de l’Assemblée nationale du Bénin que j’ai l’insigne honneur de présider, la 8ème de l’ère du renouveau démocratique dans mon pays, a été installée dans un contexte particulier caractérisé par les menaces et les contestations des militants des partis politiques qui n’avaient pas cru devoir ou qui n’avaient pas pu se conformer aux nouvelles dispositions légales en vigueur pour pouvoir se présenter aux élections législatives du 28 avril 2019 », a expliqué le Président Louis G. Vlavonou. Il a rappelé au passage que c’est dans ce climat de vives tensions qu’il est apparu nécessaire de mettre en place un dispositif sécuritaire pour assurer la protection physique des locaux abritant le parlement à travers une garde permanente et le contrôle minutieux des entrées et des sorties des personnes étrangères à l’institution parlementaire. Poursuivant ses explications le Président Vlavonou a fait savoir à l’assistance que la sécurité individuelle des députés a été renforcée dans leur déplacement et parfois à leurs domiciles pour ceux qui en ont exprimé le besoin. Les fruits  ont porté la promesse des fleurs puisque  ce dispositif sécuritaire  a fait en sorte qu’aucun incident majeur n’a été enregistré à ce jour relativement a la sécurité de l’hémicycle ou des députés. En ce qui concerne la transparence, il convient de signaler, selon le Président du Parlement béninois que les débats en plénières ainsi que les différents votes qui interviennent a l’hémicycle, quel que soit le mode de scrutin, sont toujours retransmis en direct par la radio appartenant a l’institution et qui sera bientôt secondée par une station de télévision. Il est aussi à retenir que toutes les lois votées font systématiquement l’objet d’une publication au journal officiel et en ligne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici