La communauté musulmane  du Bénin a démarré depuis hier, mardi 13 avril 2021,  le mois de ramadan qui est fait de trente jours de prières intenses adressées à Allah. Dans cet entretien, le  père spirituel de la Mosquée Centrale Médine II d’Agori-Plateau d’Abomey-Calavi, El-Hadj Moutawakil Boukari Malik, nous parle des avantages du jeûne musulman, les obligations de ce mois.  A ses dires, dans ce mois, l’homme musulman ou non doit multiplier ses prières pour bénéficier des bénédictions de ce mois saint. A l’entendre, les élections sont terminées, les musulmans doivent se consacrer à leurs prières. Il lance un appel à tous pour le pardon, la tolérance, et pour qu’ensemble tous les Béninois puissent bâtir leur pays dans la paix, dans l’amour, dans la fraternité, dans la justice. Au Président élu qui sera proclamé dans quelques jours par les institutions en charge des élections, il lui demande d’accepter à ce que tous les fils de ce pays se réconcilient et marchent la main dans la main.

 

L’Imam, le  mois de Ramdan édition 2021 est là, parlez-nous de l’importance que revêt ces trente jours de jeûne pour le musulman et les non musulmans.

 Le Ramadan est le mois du jeûne musulman.Le jeûne du mois de Ramadan  est une obligation confirmée par le texte du Qour’an, de la Sounnah et par l’Unanimité. Il fait partie des  cinq piliers de l’islam. Celui qui voit la lune du mois de Ramadan, doit jeûner avec foi, détermination et patience. Dieu a dit que ce mois lui appartient. Ce mois est pour se purifier spirituellement et physiquement. L’autre particularité de ce mois,  si tu fais de bonnes actions, tu avais un point. Dans ce mois, c’est plus de 10 points.  C’est un mois d’amour de partage, de pardon, de tolérance, et de bénédictions. La première décade  est le pardon. La deuxième décade est la bénédiction totale. Et la troisième, la purification. Le jeûne existait depuis avant même l’avènement de l’islam. Ce mois même nous aide à laisser un tant soit peu, les commentaires autour des élections. Un bon musulman doit se consacrer à l’adoration de Dieu. Il doit oublier les choses du monde. Ceux qui en n’ont doivent aider les pauvres pour la cohésion sociale. Dans ce mois, l’homme musulman ou non doit multiplier le nombre de fois, il prie pour bénéficier des bénédictions de ce mois saint. L’autre chose à ne pas rater, c’est la nuit du destin.  Celui qui prie pendant cette nuit, c’est comme s’il prie depuis 1000 mois. Les élections sont terminées, les musulmans n’ont qu’à se consacrer à leur prière pour panser les plaies. J’invite les uns et les autres d’observer ce mois de jeûne dans la paix, loin de la haine gratuite, des accusations gratuites, le mensonge, les insultes.

Ce jeûne intervient en plein processus électoral au Bénin, sous quel signe est donc placé ce mois de ramadan ?

 

Dieu aime trop ce pays. Ce mois intervient  au lendemain des élections pour purifier le pays et pour renforcer les prières pour que la réconciliation des fils et filles du pays sans laquelle l’on ne peut  avoir un développement durable, soit d’une réalité. Je saisis cette occasion pour demander aux politiciens de cesser leur jeu de chasse à chaton. La récréation est terminée. Si les uns et les autres n’ont pas pu utiliser  la loi pour stopper telle ou telle chose, quand c’est fait on  la prend telle qu’elle.  Moi je ne parle pas d’assises, parce que deux frères qui ne se parlent pas ne peuvent rien dire de concret. Avant d’aller aux assises, il faut aller d’abord à la  réconciliation. Avec la réconciliation, c’est le pardon, c’est l’oubli de ce que l’autre a fait. Et pour y arriver, cela demande de  sacrifice de tous les côtés. Chacun doit laisser tomber ses  égos. C’est cela je  demande aux exilés de nous écouter et d’être humbles. Nous sommes prêts à les accompagner pour que la réconciliation soit chose  faite  et qu’ils rentrent avec honnêteté. En cela, je lance un appel au président élu, qui sera proclamé, dans quelques jours  par les institutions en charge des élections au Bénin, de pardonner pour que tous les exilés rentrent et les prisonniers politiques soient également libérés. Pour cette crise que le pays traverse, je dis que tout le monde est fautif. Chacun n’a pas su jouer son rôle à un moment donné. Nous devons apprendre de ce qui nous arrive. Je redis ni la Cedeao, l’Onu, Ua… etc ne peuvent venir bien régler nos problèmes propres à nous.  Seuls les Béninois peuvent régler les problèmes du Bénin.

Un mot pour finir

Je lance un appel à tous pour le pardon, la tolérance, et pour qu’ensemble nous bâtissions ce pays le Bénin dans la paix, dans l’amour, dans la fraternité, dans la justice. Je demande au président qui sera déclaré, élu d’accepter à ce que tous les fils de ce pays se réconcilient et marchent la main dans la main. Je demande au nouveau gouvernement qui sera formé, je ne sais pas si j’en ferai partie et au nouveau  président de tendre la main à tout le monde pour qu’ensemble, nous construisions ce pays dans la paix et dans l’amour. Ma prière est de parvenir à avoir zéro exilé politique, zéro prisonnier politique au Bénin pour que nous ayons un pays dans lequel tout le monde obéisse au Chef qui est également à l’écoute de tous.  Quant aux dignitaires religieux, tête couronnée, je leur demande pardon  et d’accompagner le nouveau gouvernement qui sera mis sur pieds d’ici peu. Je souhaite un bon mois de ramadan à tout le monde entier, au peuple africain, au Bénin et plus précisément à tous les gens d’Abomey-Calavi et d’Agori-Plateau en particulier.

Réalisé par Victorin Fassinou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici