« Rôle des Parlements pour une paix durable ». C’est le thème de la communication qui a été présentée par le Président Louis Gbèhounou Vlavonou à la 47ème session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (Apf) qui s’est tenue du 5 au 9 juillet 2022 à Kigali, capitale du Rwanda.

Dans son développement, le Président du Parlement béninois a fait observer que « La rupture de la paix par des conflits ou autres crises plonge l’espace francophone et plus particulièrement l’Afrique de l’Ouest dans une profonde instabilité, compromettant les efforts visant à consolider l’état de droit et le développement socio-économique de la sous-région ». Pour lui, les causes d’une telle situation sont à la fois d’ordres politique, économique et socio-culturel. « Les causes les plus récurrentes qui s’observent dans presque tous les conflits sont liées, entre autres, au déficit de gouvernance, à la violation des droits de l’homme, à la pauvreté, à la répartition inégale des ressources et des richesses, à l’irrégularité de l’alternance démocratique, à la faiblesse des institutions, au manque de leadership visionnaire, à la corruption, au déclin de la moralité civique, à l’exclusion des minorités, à la manipulation des sentiments ethniques et religieux », a-t-il ajouté. Face à ce tableau et dans le cadre de la prévention des conflits et autres crises, et conformément aux causes évoquées précédemment, les Parlements doivent, selon le Président Louis Gbèhounou Vlavonou,  exercer une vigilance accrue quant à la primauté du droit, à travers leur  mission de contrôle de l’action du gouvernement et de vote des lois. Il s’agira aussi pour eux de veiller à la mise en place et à l’actualisation d’une législation reflétant les normes internationales en vigueur relatives aux droits de l’homme, et veiller à son application et à sa diffusion ; s’assurer que leur gouvernance soit un modèle de démocratie respectueux des droits des minorités et des catégories défavorisées de la population, reflétant la société plurielle et pratiquant la gestion inclusive des affaires. « Les parlements doivent également veiller à l’alternance démocratique à travers la mise en place d’un système électoral transparent réaménageant la vie des partis politiques, conformément aux exigences de participation des femmes, des jeunes et des minorités, et dont les mécanismes facilitent la régularité des élections », a aussi suggéré le Président du Parlement béninois.Il a souligné par ailleurs, qu’il est indispensable d’instaurer dans nos pays une législation stricte sur la circulation des armes légères et de petits calibres. « A cet effet, les Parlements devraient veiller à ce que les principales conventions et autres textes pertinents relatifs à la circulation des armes légères et de petits calibres soient ratifiés et intégrés dans les législations nationales car, seul l’Etat a le devoir de garantir la sécurité des citoyens dont il est responsable en vertu de ses pouvoirs régaliens », a-t-il conclu.

 

El-Hadj Affissou Anonrin