Le Label qualité francophone Bénin (Lqfb), l’une des 9 composantes du projet Plurilinguisme et enseignement au Bénin sensibilisation des acteurs de l’éducation (Pebs) est désormais lancé. La cérémonie qui a consacré ce lancement s’est déroulée le vendredi  14 mai 2022 à  l’auditorium de l’Institut français à Cotonou. C’était en présence des enseignants de français de tous ordres, des acteurs de l’enseignement privé  et d’autres personnalités.

Sensibiliser divers acteurs notamment les écoles, les  enseignants,  sur comment, ils peuvent développer un enseignement dû et en français de qualité. Tel est l’objectif que vise le  Label qualité francophone Bénin (Lqfb) qui a été lancé le vendredi dernier. En effet, aux dires du Coordonnateur du Label Qualité Francophone Bénin Augustino Agbemavo, la plupart des établissements accueillent des élèves qui ont le français, soit pour langue seconde ou pour langue étrangère. La difficulté pour ces établissements, c’est d’accueillir ces langues  et de prodiguer un enseignement en français qui soit pertinent selon des méthodologies qui ne sont pas encore connues de tous. Il s’agit des  méthodologies attachées à la didactique du français, langue étrangère et  tous les aspects conceptuels qui accompagnent cette méthodologie. Au  lancement dudit label,  les acteurs de  l’enseignement privé béninois ou non des trois ordres d’enseignement invités, ont été informés des attentes et des ambitions de ce label, l’une des 9 composantes du projet Plurilinguisme et enseignement au Bénin sensibilisation des acteurs de l’éducation (Pebs).  L’occasion, c’était également donné aux organisateurs de  proposer à ces différents acteurs, que sont les écoles et les enseignants,  les dispositifs que l’Institut français dispose notamment le Centre de langue qui offre assez d’activités de cours de renforcement de capacités. Dans ce registre, le Coordonnateur du centre de langues Musiliu Saliu, et l’Assistante administrative de l’équipe Label Qualité Francophone Bénin Grâce Udoh, ont, tour à tour, rappelé les modalités et les conditions nécessaires pour accéder aux formations. Dans  son mot, l’Attachée de coopération française et cheffe de projet Estelle Dagaut a rappelé le contexte et les objectifs du Pebs et du label. A l’entendre, le Label Qualité Francophone Bénin est la composante 1.2 du projet Plurilinguisme et Enseignement au Bénin, Sensibilisation des acteurs de l’éducation (Pebs), fruit du partenariat bilatéral Bénin-France déployé avec les 3 ordres de l’enseignement du Bénin et l’association des professeurs de français du Bénin. Il vise à promouvoir la diversité linguistique en synergie avec les objectifs de la francophonie. A entendre Mme Dagaut, pour ce label, il est question d’accompagner les établissements dans la mise en œuvre d’un enseignement adapté aux publics des établissements béninois qui ont le français pour langue étrangère et/ou langue secondaire, à promouvoir un enseignement de qualité, à formaliser les activités de renforcement de capacités des équipes éducatives et de certification et à constituer un réseau d’établissements engagés dans l’amélioration de la qualité de l’enseignement francophone..  Une activité qui prend en compte toutes les questions de certification des élèves, des étudiants, des enseignants et toutes les questions d’amélioration de l’enseignement du français et de l’enseignement en français. D’autres événements qui ont marqué la cérémonie, c’est la remise des  prix aux deux établissements privés ayant présenté de meilleurs projets, puis le  lancement d’appel à projets pour l’année 2022. Le meilleur prix de l’année 2021est revenu à l’école « Les Milles pattes » de Cotonou. Comme prix, elle a reçu des organisateurs un chèque de 750.000 Fcfa pour mettre en œuvre son projet. Outre ce chèque, l’école bénéficie d’un stage d’habilitation et d’examinateur-correcteur à coût réduit. Quant à l’école qui a occupé le deuxième rang, elle va  suivre gratuitement deux formations qui seront dispensées par le Centre de langues de l’Institut français. S’agissant  d’appel à projets pour l’année 2022, Mme Dagaut et son équipe espèrent voir  davantage beaucoup d’établissements répondre à cet appel.

Victorin Fassinou