Des témoignages se multiplient un peu partout dans le pays en faveur du  Programme national d’alimentation intégrée (Pnasi) initiative du Gouvernement,  mise en œuvre par le Programme alimentaire mondial (Pam) Bénin. Des affirmations des parents d’élèves, des enseignants et de la communauté, la  cantine scolaire   sauve les enfants des problèmes de malnutrition au regard de la qualité des repas servis dans les écoles. Dans l’école  primaire publique  de Houngon-Djinon dans la commune d’Avrankou, l’Ecole maternelle publique de Lalo et l’Ecole primaire publique de Didapoumbo, commune de Natitingou, les efforts sont faits par les comités de  gestion des cantines et la communauté. 

Grâce aux cantines scolaires ,une  initiative du Gouvernement est mise en œuvre par le  Programme alimentaire mondial (Pam) Bénin, pas mal d’écoles primaires  n’enregistrent  plus, depuis près de quatre ans, comme avant, des cas fréquents de malnutrition dans le rang des enfants.  L’initiative du gouvernement   qui consiste à nourrir les enfants, tous les midis,  au jour de classes,  porte ainsi ses fruits dans le domaine de nutrition.   Outre  la rétention des écoliers et écolières à l’école toute une année scolaire, le Programme national d’alimentation intégrée initiative du Gouvernement, mise en œuvre par le  Programme alimentaire mondial (Pam) Bénin, joue encore un rôle dominant dans les localités. Il s’agit de la diminution des cas de malnutrition. A l’instar des  explications de plusieurs chefs d’Etablissements scolaires  et des parents d’élèves,   la Directrice de l’Ecole maternelle publique centre de Lalo, Mme Josiane Bernadette Kanhouhou confirme que  la cantine scolaire est venue comme  une solution au problème de malnutrition des enfants dans plusieurs localités. La plupart des parents d’élèves de cette communauté, ont des moyens très limités.  Du coup, ils n’arrivent pas à nourrir convenablement les enfants afin d’assurer correctement leur croissance. « Avant l’arrivée des cantines scolaires à Lalo, nombreux étaient des enfants dans la localité qui avaient des signes de malnutrition comme : des cheveux roux et  des ventres ballonnés. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle, l’initiative des cantines scolaires a été vite saisie par l’Ecole maternelle publique centre et la communauté pour aider les enfants non seulement à rester à l’école mais également pour qu’ils mangent sain et riche »,  rapporte Mme Kanhouhou. Au démarrage de la cantine, raconte-t-elle,  l’école a vite pris la décision de nourrir également les enfants au goûter. Ce qui a fait que le nombre de repas est passé  à deux fois, par jour, par enfant. Les enfants mangent à 9h45 et  à midi. La contribution des parents est de donner 50F par enfant. Cette souscription a été arrêtée en de commun accord avec la communauté qui est très engagée dans la mise en œuvre du programme dans cette école.  « Nous avons des mamans qui viennent nous aider bénévolat tous les matins à cuisiner pour les enfants. Nous avons simplement, une communauté très engagée qui a compris l’importance des cantines scolaires. S’agissant de la gestion de la cantine scolaire à l’Ecole maternelle publique de Lalo centre, tout évolue bien. Tout le monde participe à la vie de la cantine.», livre la directrice qui confirme que la cantine scolaire a corrigé la malnutrition au niveau des enfants à Lalo.L’Ecole maternelle publique de Lalo centre apporte sa contribution à l’initiative gouvernementale.  Dans sa démarche de faire nourrir les enfants en âge de croissance, en repas riche et de qualité, a  mis sur pied, un projet d’élevage des lapins et des poulets locaux. « Des lapins et des  poulets locaux sont élevés pour enrichir les repas des enfants et utiliser les revenus de la vente pour la vie de la cantine », explique la Directrice Kanhouhou. Une information que confirment les parents d’élèves, les élus locaux et la communauté. En sept mois seulement, les lapins sont passés de 4 à 49 têtes avec 10 déjà vendus. «Notre ambition est d’avoir des centaines têtes de lapins et de poulets locaux », confie la Directrice qui salue le gouvernement et le Programme alimentaire mondial pour la mise en œuvre du Programme national des cantines scolaires. Elle souhaite une pérennisation des cantines scolaires pour le bien de l’école béninoise et la nation. D’après elle, « Donner à manger aux enfants de la maternelle et du primaire,  c’est garantir une bonne santé aux enfants de ce pays et c’est assurer un bon développement et un développement durable ». L’effectif de l’école aujourd’hui est de 178 élèves du CI jusqu’au Cm1. Pour elle, la cantine a encouragé les parents à envoyer les filles à l’école. Les parents ont vraiment compris. En dehors des 50f que l’enfant apporte par semaine pour soutenir la cantine scolaire dans cette école, les parents et la communauté ne marchandent pas leur apport à la bonne gestion de la cantine dans la localité. L’école dispose d’un jardin scolaire  dans lequel on peut voir de la tomate, du gombo, du gluant, de l’aubergine, du piment etc. les produits issus de ce jardin viennent en appui aux repas des enfants. Aujourd’hui, la cantine scolaire de l’Ecole primaire publique de Didapoumbo se porte très bien. Les enfants mangent aussi bien, confient les parents d’élèves.

Epp Houngon-Djinon : Des œufs de caille pour appuyer les repas scolaires

L’Ecole primaire publique Houngon-Djinon fait la différence. Son accompagnement aux cantines scolaires sort de l’ordinaire.  L’innovation qu’apporte cet établissement est la production des œufs de caille. Faire manger un œuf de caille par enfant. Telle est la motivation de cette école  située  dans l’arrondissement de Gbèzounmè, commune d’Avrankou, à travers son projet de l’élevage de cailles et de la production des œufs de cailles.  En effet, cinq fois moins gros qu’un œuf de poule, l’œuf de caille contient cinq fois plus de phosphore, sept fois plus de fer, six fois plus de vitamines B et quinze fois de vitamines B2.  Ces bienfaits sont énormes sur la santé. Sa consommation permet à l’organisme de faire face à des maladies.  « Le choix de l’Ecole pour l’élevage de  cette volaille,  est justement pour  contribuer en apport nutritif des enfants à l’école. Les œufs  de cailles  sont bien pour le développement mental des enfants », rapporte le Directeur de l’Epp Houngon-Djinon groupe A Azankpo Dagbémanbou. A travers cette initiative, l’établissement a voulu également régler un autre souci qui  est d’en finir avec l’achat à des coûts exorbitants des engrais  chimiques pour la fertilité des plants du jardin scolaire.  « Les fientes de ces cailles servent  dans la fabrication compost de bois, qui est utilisé dans le jardin scolaire », livre  le Directeur de l’Epp B Houngon-Djinon  Maxime Aniwanou. L’autre objectif poursuivi par l’école  est d’amener les enfants à l’entreprenariat. Il s’agit d’amener les enfants à s’adonner à l’élevage et de leur faire connaître que l’élevage et la production végétale constituent une chaine et sont liés.  L’école a fait le choix des cailles, parce que son élevage ne demande pas trop d’efforts. L’ambition de l’école  est de nourrir les 400 élèves.

Des produits issus du jardin pour renforcer les plats

La communauté de Didapoumbo est bien consciente que la cantine  aide à améliorer le taux de scolarité. Ce programme encourage l’assiduité et les résultats scolaires. Il  aide la rétention scolaire et permet d’avoir de bons résultats.  Avec la cantine scolaire, les enfants ont au moins la chance d’avoir un repas chaud chaque jour.  Ce qui explique leur engagement à soutenir le programme. En dehors des 50f que l’enfant apporte par semaine pour soutenir la cantine scolaire dans cette école, les parents et la communauté ne marchandent pas leur apport à la bonne gestion de la cantine dans la localité. L’école dispose d’un jardin scolaire  dans lequel on peut voir de la tomate, du gombo, du gluant, de l’aubergine, du piment etc. Les produits issus de ce jardin viennent en appui aux repas des enfants. Une chose qui contribue à la réduction de la malnutrition chez les enfants dans la localité.

Junior fatongninougbo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici