Le porte-parole du gouvernement a échangé  avec les internautes le vendredi 09 juillet  2021. C’était une occasion pour Wilfried Léandre Houngbédji de s’intéresser au scandale financier à l’Agence nationale des transports terrestres. Il a averti les responsables ou gestionnaires de structures d’Etat.

Joseph-Martin Hounkpè

Les révélations de l’audit commandité à l’Agence nationale des transports terrestres (ANaTT) ont été au centre des échanges le vendredi  dernier entre le porte-parole du  gouvernement,  Wilfried Léandre Houngbédji et les internautes. En effet,   à en croire le Secrétaire général adjoint du gouvernement le plus important à retenir dans ce scandale de 13,6 milliards Fcfa mis à nu, est que désormais dans notre pays l’on peut être convaincu que c’est tolérance zéro à la mauvaise gestion. Le porte-parole du gouvernement  a souligné que ce qui s’est passé et dont le Conseil des ministres a rendu compte le mercredi 07 juillet 2021 contrevient  aux normes de bonne gouvernance et c’est pour cela que les décisions hardies ont été prises à savoir : « Les sanctions administratives et disciplinaires contre les mis en cause, mais aussi en perspective les sanctions judiciaires ».Wilfried Léandre Houngbédji a martelé que ce dossier  est aussi le bienvenu pour montrer à tous ceux qui en doutaient encore qu’au Bénin, votre position ne peut pas être un parapluie pour échapper à la reddition de compte. En outre, le Secrétaire général adjoint du gouvernement avertit les responsables des structures d’Etat.  « Cela doit faire la pédagogie pour que tous ceux qui sont en situation de responsables, gestionnaires se disent que les projecteurs des audits peuvent être braqués sur eux à tout moment », a-t-il expliqué.  Il a profité de ce temps pour inviter chaque responsable quelque niveau où il se trouve. Pour lui, chacun doit faire l’effort d’accompagner le Chef de l’Etat dans la dynamique de la bonne gouvernance afin que les ressources publiques et les efforts de nos compatriotes produisent effectivement les fruits auxquels  ils sont destinés. Rappelons que certains cadres ont été déjà appréhendés dans le cadre des enquêtes en cours. Il s’agit entre autres, de Gbémondji Sorgesse, chef service informatique, Attin Bedel Luc, chef  annexe Atlantique  Littoral, Dramane, chef division certification, (agent en contact avec la douane) Félix Jonas Koukoui, directeur des titres de transport, Azanmasso, chef service immatriculation, Bada Marcellin, chef division immatriculation, Ahononga Evariste, chef division immatriculation 2 roues, Foly Codjo et Hounkponou Morel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici