Un an après son inauguration, le ministre Dona Jean-Claude Houssou a rendu visite à la centrale Maria Gléta de 127 Mgw pour s’enquérir de son fonctionnement. C’était le vendredi 28 août 2020. C’était une visite heureuse pour lui d’autant plus que les fruits ont tenu la promesse des fleurs, parlant de la performance de cette centrale et de sa disponibilité à plein temps pour le bonheur des béninois.

La centrale Maria Gléta 1 de 127 Mgw est une réalité depuis un an.  Sa maintenance est nul autre pareil et sa performance se fait rare dans la sous-région. C’est le constat parmi tant d’autres que le ministre Houssou a fait le vendredi 29 août dernier. Panou Christophe, le Directeur général de Maria Gléta2 a dressé les étapes parcourues par l’équipe pour faire l’opération à la maintenance de cette usine. «Une année est déjà passée, on a atteint nos objectifs en terme de qualité de production et puis la viabilité. On a tourné le moteur 24h/24. Nos objectifs c’était d’abord de sélectionner le personnel, de le former et puis ensemble appliquer toutes les procédures condensées dans l’usine », a-t-il fait remarquer.  Le personnel de cette usine travaille selon le standard international.  Ce qui constitue le premier objectif de l’équipe que dirige Christophe Panou. Le deuxième, est de produire de l’énergie ça c’est important. Le troisième c’est bien sûr la qualité de l’énergie. Donc ces deux objectifs, production qualité, sont au rendez-vous. Encore une fois c’est 8500h de fonctionnement sur les moteurs. Donc ça veut dire que l’objectif de présence sur le réseau 24h/24 est atteint. Néanmoins des difficultés ont été rencontrées sur cette première année. Ce sont essentiellement des difficultés d’ordre technique qui correspondent à ce type d’usine. Il n’y a pas as eu de défaut majeur,  seulement de petit incident sur une coupe ligne c’est qui a été résolu très rapidement. Mais on peut considérer ça comme normal sur ce type d’usine. «Dans l’ensemble, on n’a pas de défaut majeur. Les petits défauts qu’on avait ont été corrigés », a témoigné le directeur Panou. Il a signalé que le principal souci pour son équipe, c’est de gérer cette panne à travers une période de covid-19 « qui nous a impacté dans le sens où on a fait livrer l’outillage ou les pièces de rechange d’Allemagne. Ça n’a pas été aussi simple comme on peut le souhaiter. On a perdu un peu plus de temps que prévu ». Il n’y a eu aucune attaque sur le reste de la centrale. Ça continue de fonctionner normalement. Cette centrale correspond à plus de 60% de l’énergie du Bénin qui est produite. Le réseau de la Ceb, ou de la Sbee ont fait des retours très positifs à l’équipe gérante de la centrale. Il faut remarquer que le personnel sur le site est à 99% béninois, et ça fonctionne normalement. ‘’Ici c’est un standard international. La plupart des Béninois qu’on a retenus vont pouvoir travailler à l’étranger. On a 57 personnes qui travaillent dans cette usine, 2 expatriés, c’est-à-dire moi et puis Bernard. Donc on a 55 employés béninois’’, a clarifié le Directeur. Pour lui l’outil de production du Bénin, cette usine de 127mgw est une usine récente, donc des dernières technologies.

 

Des moteurs capables de tourner  sans souci  25, 50 ans

« On a cet avantage d’avoir une usine très flexible qui fonctionne au hfo et peut fonctionner au gaz. Dans la sous-région, on a souvent des usines qui sont mono-produits qui fonctionnent soit au gaz soit au hfo.  Ce qui n’est pas notre cas au Bénin.  Donc on a encore une fois une usine de dernière génération qui fonctionne bien.», a-t-il expliqué. Ces moteurs actuellement sont capables de tourner à l’ammoniaque.  En terme d’environnement, c’est extrêmement positif. Si on maintient les standards internationaux de maintenance, si on maintient l’approvisionnement des pièces de rechanges de qualité on a aucun souci pour fonctionner encore 25, 50 ans. Selon le ministre Dona Jean-Claude Houssou, cette centrale peut nous permettre d’atteindre presque 80% de notre autonomie. Un an après son inauguration, les fruits ont tenu la promesse des fleurs. Le choix qui a été fait, parlant de cette centrale flambant neuve, est un choix responsable. Cette centrale a eu un taux de disponibilité de 98,06% exactement. Elle a répondu favorablement tout le temps qu’elle a été sollicitée. C’est une performance qu’on ne retrouve même pas encore dans la sous-région. Donc le résultat est à la hauteur des choix effectués. Cette centrale au bout d’un an a confirmé la performance qu’on attendait d’elle car fonctionnant 24h/24, 7 jours/7, 365jours/ 365. Ce qui va se poursuivre d’ailleurs pour le bonheur des concitoyens parlant de disponibilité d’énergie électrique. Tout ceci a été possible grâce à la compétence et le management du patron et de l’équipe de coordination dirigée de main de maître par le Béninois Emeric Tokoudagba pour la construction de cette centrale.

Le personnel de la centrale rassure

Meyo Albéric, chef d’équipe principale électricité de la centrale explique un peu comment la veille sur les équipements se fait au niveau de la centrale. « Nous sommes dans un atelier électrique. Et actuellement comme vous voyez, nous sommes en train de calibrer un détecteur de gaz. Comme la centrale tourne au gaz, donc les détecteurs sont là pour détecter toute fuite de gaz. On est en train de faire le calibrage pour que le détecteur puisse reprendre. Ça se passe annuellement sur tous les moteurs. Sur un moteur, il y a 8 détecteurs et chaque fois quand la période arrive, on prend un détecteur qu’on calibre. Au cours de l’année on a constaté une défaillance sur un des détecteurs qui a envoyé des alarmes et par la suite, on a fait les contrôles, ce qui nous a permis de détecter la panne et de pouvoir le recalibrer pour qu’il fonctionne normalement. Il y a deux mois environ. La suite après ceci, on écrit aux constructeurs qui nous donnent des recommandations et on suit ces recommandations pour pouvoir remettre le détecteur en état de fonctionnement ».

Junior fatongninougbo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici