Le Centre des œuvres universitaires et sociales  (Cous-Ac) a un nouveau directeur adjoint. Il s’agit de Léopold Vidjannagni Ganhoumedé. Ce dernier a dévoilé ses actions à sa prise de fonction.

Boniface Kabla

« Ma  nomination est une  invitation  pour relever les défis du social et du vivre-ensemble à l’Université d’Abomey-Calavi », voilà le mot d’ordre du nouveau d’ordre du nouveau directeur adjoint du Cous-Ac. Cet engagement est primordial et Léopold Vidjannagni Ganhoumedé mesure déjà le travail qui l’attend. D’ores et déjà,  il projette une rencontre des  responsables des organisations syndicales et institutions spécialisées pour des échanges fructueux. Cette rencontre, il la veut comme une réussite. « Si on échoue, c’est la jeunesse estudiantine qui échoue. Si on réussit, c’est la jeunesse estudiantine qui réussit.», a-t-il avoué. L’écoute pour Léopold Vidjannagni Ganhoumedé est le seul moyen pouvant permettre d’instaurer en partie les bases des solutions aux problèmes à résoudre. Le nouveau directeur adjoint du Cous-Ac reconnait qu’il y a des efforts à faire pour redorer le blason à l’Uac. «  Je voudrais que cette année soit une année de paix et de réussite et nous allons mettre tout en œuvre pour que la stabilité y est », a dit  Léopold Vidjannagni Ganhoumedé.  Pour ce dernier,  on ne peut pas résoudre tous les problèmes au même moment. Mais pour le vivre-ensemble, nous allons mettre notre mandat sous le signe du dialogue pour qu’il y ait la paix dans les cœurs et pour qu’il y ait un sentiment de confiance entre les étudiants eux-mêmes.   Léopold Vidjannagni Ganhoumedé envisage également faire de son mieux en matière des infrastructures sur le campus. «  Nous allons œuvrer pour mettre à la disposition du Cous-Ac un bâtiment de belote,  une salle de spectacle polyvalente et un complexe sportif », a informé Léopold Vidjannagni Ganhoumedé. Quant aux autres infrastructures comme les amphithéâtrales, le nouveau directeur général adjoint du Cous-Ac a rassuré la communauté universitaire que   des études sont en cours  pour la réalisation des infrastructures utiles à la place des bâtiments détruits tels que  Kim il sung (Kis) et Hassan II ».