La promotion de la Planification familiale et le respect des engagements pris par l’Etat en faveur de la PF  préoccupent le Groupe de Recherche d’Action et de Formation en Epidémiologie et en Développement (Grafed Ong). En témoigne la tenue de la formation qu’elle a organisé le mercredi 02 mars 2022,  à l’intention des journalistes spécialistes des questions de santé, membres de la Plateforme Médias et Santé du Bénin (PMS).

Les médias ont un rôle de plaidoyer à jouer pour amener le gouvernement à respecter ses engagements pris à divers niveaux pour un meilleur financement de la Planification, estime le  Groupe de Recherche d’Action et de Formation en Epidémiologie et en Développement (Grafed Ong) en organisant le présent atelier l’intention  des journalistes spécialistes des questions de santé, membres de la Plateforme Médias et Santé du Bénin (PMS). Cette   rencontre d’échange a permis aux hommes et femmes de médias de mieux appréhender l’état des lieux actuels de la Planification familiale en Afrique et plus précisément au Bénin.    Il s’agit d’attirer  l’attention des journalistes sur la baisse remarquable des engagements budgétaires du gouvernement béninois pour la promotion de la planification familiale et d’associer les  journalistes pour des productions médiatique de plaidoyer budgétaire afin que le Bénin respecte ses engagements pris dans le cadre de ses efforts pour la promotion de la planification familiale. Aux dires du consultant en Santé de la Reproduction(SR) Romaric Ouitona, , la promotion de la planification familiale, c’est faciliter la capture du dividende démographique. Ce dernier représente la croissance économique potentielle liée à l’évolution de la pyramide des âges d’une population, principalement lorsque la proportion de la population active (16-65 ans) est supérieure à celle des personnes inactives (zéro à 15 ans, et plus de 65 ans).Le Bénin est loin de cet objectif. Selon l’Enquête Démographique de Santé (EDS) réalisée en 2017, le taux de prévalence contraceptive est de 12,4 %, très loin des 22 % projetés pour cette année 2022. De l’exposée du Directeur exécutif de Grafed Bénin, Jérôme Chatigre , de  2016 à 2021, le taux de prévalence du Bénin a évolué de 3,4 %. « Quelle est en réalité la place du Bénin au sein du Partenariat de Ouagadougou ? Depuis la mise en œuvre de ce partenariat, trois séries d’engagements ont été pris. Huit engagements sont pris depuis 2013 à Addis-Abeba. En ce qui concerne l’engagement budgétaire, le Bénin était astreint à atteindre 250 millions de crédits en 2018. Cet engagement n’a été atteint qu’en 2020. Et déjà en 2021, le Bénin a revu ses engagements budgétaires à la baisse alors qu’on s’attendait à l’augmentation de cent millions de crédita, le montant alloué à la promotion de la planification familiale au Bénin, selon les engagements budgétaires de 2017 en son premier alinéa. », laissé entendre M. Chatigre qui déplore que la  courbe budgétaire est en dents de scie et le Bénin est en chute libre. Pour lui, il  s’agit aujourd’hui de maintenir le plaidoyer pour que le Bénin maintienne son niveau d’engagement au sein de ce partenariat.   Mentionnons que Grafed Ong intervient dans les domaines de la santé sexuelle et de la reproduction en général et dans les services de planification familiale ainsi que des plaidoyers.