La première dame du Burundi, Angeline Ndayishimiye, à la tête d’une délégation burundaise multisectorielle  a effectué du 9 au 14 juin, une visite d’étude du programme des cantines scolaires du Bénin. Dans ce cadre, elle s’est  rendue le vendredi 11 juin 2021 sur le terrain,  avec son équipe pour voir le fonctionnent des cantines scolaires dans deux écoles des départements de l’Ouémé et d’Atlantique.

Victorin Fassinou

L’Epp Fingninkanmin  dans la commune de Dangbo département de l’Ouémé et de l’Epp Goulo Sodji dans la commune de Zè département de l’Atlantique. Ce sont les deux écoles primaires publiques que la  première dame du Burundi Angeline Ndayishimiye et toute la  délégation burundaise multisectorielle qui l’accompagne, ont visitées le vendredi dernier.  L’objectif de cette descente sur le terrain par la délégation burundaise qui vient après la rencontre  du mercredi dernier consacrée à la  présentation  du programme des cantines scolaires du Bénin par les acteurs, vise à découvrir dans quelques écoles  le fonctionnement du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi), financé par le Gouvernement béninois et piloté par le Programme Alimentaire Mondial (Pam). Ce programme des cantines scolaires participe, entre autres, à la lutte contre la déscolarisation et la malnutrition. L’autre chose visée par la délégation est de voir les initiatives enregistrées autour de ce programme et venant de la part des communautés pour le  bien des enfants, de la population et du pays.  En effet, dans  l’Ecole primaire publique de Fingninkanmè, première étape de ce périple,  la première dame Angeline Ndayishimiye découvre un  réfectoire,  une cuisine et un  local abritant le moulin de l’école, le tout badigeonné aux couleurs bien attirantes et reflétant le luxe, frappant  aux yeux de tous usagers et visiteurs. Cette école a bénéficié  dans le cadre du partenariat entre le Programme alimentaire mondial (Pam) et Choithrams,  d’un certain nombre de réalisations. Il s’agit de la construction d’un réfectoire, d’une cuisine et d’un moulin qui va moudre le maïs de l’école. La communauté  qui a accueilli ce joyau  avec joie,  a voulu marquer la différence en apportant une nouveauté en badigeonnant les trois constructions. Outre cet appui, la communauté a réussi à ériger un point d’eau de forage avec motopompes  pour arroser le jardin scolaire. Les groupements de femmes de la localité « Gbénonkpo » viennent régulièrement en appui à cette cantine scolaire grâce aux revenus qui proviennent de leurs activités génératrices de revenus comme la transformation de manioc en farine. Autour de la cantine scolaire dans cette  école, sont organisées d’autres activités qui sont gérées entre la communauté et l’école. Dans cette localité, la cantine scolaire constitue  un pont qui renforce le lien entre l’école et la communauté. La première dame burundaise et son équipe ont été séduites par tout ce qu’elles ont vu sur le terrain.

Des exemples concrets de participation communautaire visités

L’Ecole primaire publique de Goulo Sodji dans la commune de Zè, tout comme l’Epp Fingninkanmin est également une école exemple d’appropriation communautaire. L’implication de la communauté est forte à  l’Epp Goulo Sodji.  Cet établissement fait partie des 30 écoles pilotes du modèle de cantine scolaire que le Bénin souhaite à long terme. Dans cette école  la première dame burundaise et la délégation qui l’accompagne  ont  touché du doigt un exemple concret de participation communautaire autour d’une cantine scolaire. Elles ont découvert un vaste  jardin, un verger et un champ d’ananas qui s’étend à perte de vue. Dans cette école, les parents d’élèves ont développé sur un espace de trois hectares un jardin scolaire et un champ scolaire. Le jardin scolaire apporte à la cantine des légumes frais. Le champ des fruits produit de l’ananas, la banane, la papaye et offre de dessert aux enfants. Le Ministre béninois des enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou qui a suivi la délégation burundaise sur le terrain a laissé entendre à Mme Angeline Ndayishimiye et sa suite que le Gouvernement béninois, à travers le Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi), fait du droit à l’alimentation, une priorité. Ceci, dans l’optique d’améliorer l’accès à l’enseignement primaire et accroître le taux de rétention scolaire. « Nous avons une organisation similaire mais nous avons retrouvé ici au Bénin des choses nouvelles qui vont nous inspirer dans l’organisation et la gestion des cantines scolaires dans notre pays. Nous pensons que le Bénin est bien en avance en matière de cantine scolaire », a laissé entendre le ministre de l’éducation burundaise Dr. François Havyarimana. Pour le représentant résident du Pam Bénin, Guy Adoua, au-delà du repas, le Pam aux côtés du Gouvernement, fait du programme national des cantines scolaires, un outil de solidarité et de développement communautaire. Mentionnons que la délégation burundaise était accompagnée du  représentant du Pam Burundi Housainou  Taal,  du Représentant  résident du Pam au Bénin Guy Adoua, du Directeur régional du Pam pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre Chris Nikoï.

La première dame burundaise avec le ministre de l’éducation burundais appréciant le repas servi aux enfants
L’un des moments forts sur le terrain
La délégation à la découverte du jardin et le verger de l’EppGouloSodji

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici