Le mardi 2 novembre 2021, le Patriarche  Urbain Karim E. Da Silva a bouclé ses 94 ans sur terre, s’engage ainsi sur le boulevard du centenaire qu’il plaira à Dieu de lui permettre d’atteindre et de dépasser. L’événement n’est pas passé inaperçu. Il a été célébré dans le strict respect des gestes barrières dans la soirée du vendredi 5 novembre 2021. C’était dans la mémorable salle des fêtes du domicile privé du Patriarche à Porto-Novo. Ceci, à l’initiative du Conseil des sages de la ville de Porto-Novo.

El-Hadj Affissou Anonrin

L’événement a eu le soutien des plus hautes personnalités politico-administratives de la ville capitale. Le Préfet de l’Ouémé, invité de marque du Patriarche Urbain Karim Elisiot Da Silva a honoré le rendez-vous. Le Maire Charlemagne Yankoti empêché a envoyé une forte délégation de son conseil municipal conduite par le 1er adjoint au Maire Rachad Toukourou. L’ancien Préfet des Départements de l’Ouémé et du Plateau, Moukaram Badarou était aussi de la partie. La famille Adjibi qui a une proximité très particulière avec le Patriarche Karim Urbain Elisiot Da Silva a été aussi représentée par une forte délégation. A tout ce beau monde de privilégiés s’est ajoutée une belle brochette d’invités.Après l’installation des convives et les civilités précédées bien entendu d’un passage au bar pour l’apéritif, place à la cérémonie proprement dite dans une ambiance très glamour entretenue par un orchestre de la capitale qui a fait voyager les uns et les autres à travers les mélodies immortelles tirées du riche patrimoine culturel béninois et afro-brésilien.« 94 ans de vie sur terre. Ce n’est pas donné à n’importe qui de le célébrer dans la plénitude de sa forme physique et la vivacité de toutes ses facultés mentales ». C’est en résumé ce qu’a souligné dans son intervention, David Vidéhouénou, membre du Conseil des sages de la ville de Porto-Novo. Son discours riche en souvenirs a fait le portait de l’heureux du jour à travers ses qualités et surtout ce qu’il a fait à la ville de Porto-Novo, à son pays le Bénin, à l’Afrique et bien entendu à l’humanité pour mériter autant de considération, d’affection et même de célébration, surtout de son vivant. En quelques mots, il a peint la dimension politique et sociale de Papa Da Silva qui laissera à la postérité l’héritage du courage, du don de soi, de l’amour pour la patrie et de la défense des valeurs Porto-Noviennes etc…

Un homme aux qualités multiples

De la dimension politique de l’heureux du jour, on retiendra, selon David Vidéhouénou que l’histoire  du Dahomey et du Bénin dans ses aspects non dits, a été marquée par les empreintes du Patriarche Urbain Karim Elisiot Da Silva. Ceci, à travers plusieurs faits marquants dont : les négociations qui ont conduit à l’indépendance des colonies noires d’Afrique dont le Dahomey, l’historique conférence des forces vives de la Nation de 1990, le coup d’État de 1969 contre le Dr Émile  Derlin Zinsou, la préparation du 26 octobre 1972, les conciliabules ayant conduit à l’acceptation des résolutions de la conférence Nationale par son ami feu Général Mathieu Kérékou etc…« Que de souvenirs, de beaux souvenirs, Papa Da Silva laissera à la postérité à travers ses nombreux écrits, le panthéon de l’histoire, le musée, la lutte contre l’érosion côtière à l’Est de l’épi de Siafato à Cotonou », a poursuivi David Vidéhouénou qui, au passage, a salué le gentleman aux allures élégantes des années 1950 que fut Papa Da Silvia. « Brillant commerçant, brillant industriel dont les dimensions ont dépassé les frontières béninois. Papa Da Silva l’a été et le demeure encore », a dit David Vidéhouénou qui s’est souvenu du brillant parcours du pétillant membre de l’Union  progressiste Dahoméen et du PRD du Président Sourou Migan Apithy, du seul Conseiller technique noir de l’ancien Président Gamal El-Nasser d’Égypte, de l’ami des Présidents Nigérians Awolowo, Abasha, Obasenjo… qu’a été le Patriarche Urbain Karim Elisiot Da Silva. Au sujet de sa dimension sociale, David Vidéhouénou a salué en Papa Da Silva le consolateur des cœurs affligés, le bon samaritain. Il a aussi salué l’homme qui a œuvré pour éteindre les foyers de tension entre Gouns et Yorouba à Porto-Novo. Il a par ailleurs mis l’accent sur son altruisme à réunir autour de la même table toutes les confessions religieuses dans le cadre de la promotion effective et permanente du dialogue interreligieux. D’ailleurs, les responsables de ses différentes confessions religieuses garderont toujours en mémoire les diverses contributions de Papa Da Silva pour la promotion de la paix et du vivre ensemble entre les religions. A la suite de David Vidéhouénou qui a aussi mis un accent particulier sur le fait que Papa Da Silva est le symbole de la réconciliation entre Négriers et esclaves, le 1er adjoint au Maire de Porto-Novo, le Préfet du Plateau Dr Akpotrossou, les membres de la famille Adjibi, le sage Théophile Sènou, pour ne citer que ceux-là, ont eux aussi salué la grandeur du Patriarche Da Silva qui se résume en un grand arbre de vie dont les branches sont : la sagesse, la paix, le pardon, l’humanisme, l’entraide, le sens du patriotisme, la générosité… Dans leur ensemble, ils ont imploré la grâce du Tout Puissant afin qu’il accorde au Patriarche Da Silva la chance d’atteindre les 100 ans toujours dans la vivacité d’esprit dont il est le seul à détenir le secret. Ce secret, il ne le gardera d’ailleurs pas pour lui.Paraphrasant un célèbre auteur contemporain, Papa Da Silva dira en effet qu’à 80 ans, la vieillesse est certes un naufrage, mais un naufrage qu’on peut surmonter lorsqu’on sait se servir avec mesure de ce dont Dieu nous a gratifié. « N’abusez pas de ce que vous aimez dans tous les domaines. C’est difficile à faire. Mais si vous parvenez à vous discipliner dans ce sens, vous verrez que la vieillesse n’est pas un naufrage à 80 ans », a conseillé le Patriarche qui, malgré ses 94 ans, continue de manger tout mais très peu, de réfléchir, de se mouvoir sans gène, de participer à toutes les tâches de la société…La preuve en a été donnée d’ailleurs avec le temps qu’il a passé sur la piste de danse ce vendredi soir là à l’occasion de ses 94 ans.L’instant de grande émotion au cours de cette soirée mémorable fut celle de la coupure symbolique du gâteau… Avec beaucoup d’émotion, le Patriarche Da Silva a accepté avec joie et bonheur le gâteau que lui a offert le conseil des sages pour marquer ses 94 ans. Il en est de même pour tous les tableaux et objets d’art qui lui ont été donnés. Du fond de son cœur, il a remercié les uns et les autres pour ce geste d’amour qui le fortifie davantage.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici