La décentralisation étant une école où l’ancienneté est presque inexistante et on ne cesse d’apprendre, alors les Maires et Adjoints du département du Couffo ont été conviés à une séance d’échanges avec le préfet et les chefs services techniques de la préfecture pour s’imprégner des textes régissant une telle gestion. Présidée en personne par le préfet Christophe Mègbédji, la séance, portant sur le thème  » les modalités et les exigences dans l’exercice des attributions du Maire, a eu lieu dans la salle de conférence de la préfecture d’Aplahoué le vendredi 19 juin 2020.

On ne naît pas grand, on le devient, dit-on. A cet effet, l’apprentissage découlant sur la pratique et l’expérience doit être l’ultime voie par laquelle une gestion soit une parfaite réussite. Le préfet Christophe Mègbédji, après avoir remercié Dieu, le Président Patrice Talon, les autres autorités et institutions impliquées dans les élections communales et municipales marquées par la concorde et dont sont sortis ses hôtes, a adressé ses vives félicitations à ces derniers avant de les rassurer qu’au nom du rôle d’assistance conseil et du contrôle de légalité, la présente rencontre tient lieu pour les entretenir sur quelques notions essentielles de la gouvernance locale et les bonnes pratiques qu’il convient d’observer dans la gestion des affaires publiques locales et ceci en rapport avec les lois et règlements en vigueur. Le secteur de la décentralisation ne connaissant d’anciens, alors un tel secteur verdoyant et complexe exige que chaque Maire ou adjoint doit se considérer comme un nouveau en allant à la quête pour ainsi bien faire, a-t-il ajouté avant de les inviter à ranger les propos électoraux dans les placards pour se mettre au travail, rassembler, s’inscrire dans la gestion participative en associant tous les conseillers communaux et les autres couches socioprofessionnelles de la commune: tel est la condition sine qua non pour réussir la mission. Aussi, faudra-t-il noter que d’autres formations organisées par les partis politiques, les Ong et autres partenaires techniques et financiers pour ainsi outiller suffisamment les maires et leurs adjoints à une bonne gestion pouvant faciliter le contrôle de légalité. Deux communications ont meublé la séance. La première a porté sur les modalités et les exigences dans l’exercice des attributions du maire. A cet effet, tout a été éclairé aux nouvelles autorités communales sur leur gestion, le pouvoir dont ils sont détenteurs et ses limites, les éventuelles sanctions en cas de fautes graves et autres. La consommation des fonds alloués aux communes au cours de la précédente mandature n’ayant pas été reluisante dans toutes les communes (pour faute de beaucoup de fonds retournés à l’Etat), alors, il leur a été demandé de corriger ce tir. La mobilisation des ressources propres est nécessaire car le paiement des salaires en dépend. La deuxième communication porte sur le projet Access: il a été demandé aux maires et adjoints de vite rédiger les projets à soumettre à ladite structure pour bénéficier du volet social, la construction des modules de classe,…La covid-19 a aussi été au coeur des débats. Il s’agit de la recommandation du gouvernement liée à l’évaluation d’observance des mesures barrières dans les lieux et cultes, mosquées et couvents.

Alphonse Koï

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici