Le lancement officiel du projet d’appui au renforcement du cadre normatif, législatif et institutionnel de la santé sexuelle et de la reproduction a eu lieu hier 27 janvier 2022 au Bénin Royal hôtel de Cotonou. C’était en présence de la présidente du réseau  Social Watch Bénin Blanche Sonon, de la représentante du garde des sceaux Zaliou Bagoudou, du représentant de Enabel Élysé Somassè et du représentant du Ministre de la santé Mabou Ahokpossi.

Junior Fatongninougbo

Améliorer la connaissance, la disponibilité et l’application des textes de lois nécessaires pour la jouissance des droits sexuels et reproduction au Bénin. C’est l’objectif principal que vise le projet d’appui au renforcement du cadre normatif, législatif et institutionnel de la santé sexuelle et de la reproduction (Parnol-Ssr). Aux dires de la présidente de Social Watch Bénin Blanche Sonon, la santé sexuelle et de la reproduction reste un grand sous-secteur de développement en raison de ses indicateurs telles que la planification familiale, l’interruption volontaire de grossesse, la santé de la mère et de l’enfant qui sont des thématiques essentielles. Pour elle, lorsque ces thématiques sont considérées comme priorités dans les plans de développement et mises en œuvre convenablement, elles contribuent au bien-être social individuel et collectif des populations. Le Bénin a connu d’avancée majeure en ce qui concerne le renforcement d’arsenal juridique relatif à la santé sexuelle et de la reproduction. Mais force est de constater que la situation des droits de la santé sexuelle et de la reproduction n’a progressé que de façon théorique, timide et mitigée ces dix dernières années. À en croire la présidente Sonon,  c’est dans la perspective de soutenir les réformes législatives dans le sens de la santé sexuelle reproductive que le présent projet a vu le jour. Il se veut donc une initiative de recevabilité sociale autour de la connaissance, l’application et la jouissance des droits liés à la bonne santé sexuelle et reproductive pour qu’ensemble «nous puissions participer davantage aux efforts conjugués aux fins de l’effectivité de la jouissance des droits humains relatifs à la Ssr au Bénin. Pour le représentant de Enabel Élysé Somassè, ce projet a beaucoup d’ambition. Alors c’est maintenant, il faut converger les efforts pour que le renforcement soit amélioré. Saluant l’initiative, la représentante du garde des sceaux, Zaliou Bagoudou, le gouvernement du Bénin à travers le ministère de la justice ne ménagera aucun effort pour toujours entreprendre des réformes judicieuses au profit de la Ssr au Bénin. Lançant officiellement les travaux Mabou Ahokpossi du ministère de la santé a d’abord reconnu les mérites du projet Parnol-Ssr.  Ensuite il a rassuré de ce que le ministère de la santé est disposé à jouer sa partition pour l’aboutissement heureux des objectifs du présent projet.

Une initiative déjà appréciée

Dans le but de faire évoluer le cadre réglementaire et institutionnel sur les droits de la santé sexuelle et reproductive(Dssr) au Bénin, le consortium social Watch/Assopil a signé un accord de partenariat avec Enabel Bénin via le programme P@SRIS: (Programme d’@ppui à la Santé Sexuelle et Reproductive et à l’Information Sanitaire)  pour la mise en œuvre du Projet d’appui au renforcement du cadre normatif, législatif et institutionnel de la santé sexuelle et de la reproduction. Ledit projet a pour objectif d’améliorer la connaissance, la disponibilité et l’application des textes de lois nécessaires pour la jouissance des droits sexuels et reproductifs. En effet, le Bénin s’est doté depuis 2003 d’un arsenal juridique qui encadre le droit de la santé sexuelle reproductive. Mais au regard du contexte actuel, les nouveaux défis et les principaux enjeux résident dans l’application effective et la diffusion des textes auprès des populations, car très peu connus de tous les acteurs notamment des bénéficiaires, y compris les garants de droits et les porteurs de responsabilités. Or la plupart de ces dispositions apportent pour une large part des solutions aux différents problèmes auxquels sont confrontés les adolescents, les jeunes et les femmes en âge de procréer en matière de santé sexuelle et de reproduction. La compréhension des problèmes liés au droit en matière de santé sexuelle et de reproduction par les garants de droits, les décideurs et les porteurs de responsabilité ainsi que la connaissance des textes de lois disponibles contribuera dans un premier temps à la bonne compréhension de son contenu et ses secrets d’application. Dans un second temps influencer les décisions et élaboration des politiques et programmes qui tiennent compte des besoins spécifiques des adolescents, jeunes et des Fap.  Démarré depuis le 1er septembre 2021, le projet connaîtra son épilogue le 31 mai 2023. Il a pour cibles prioritaires les adolescents, jeunes, Fap, élus locaux, leaders religieux, chefferie traditionnelle et les associations des jeunes.