Quelques jours après la naissance du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (Mopad), des encouragements fusent de partout pour amener le bureau à garder le flambeau très haut.  C’est le cas du jeune très dynamique sur le plan politique, Richard Ogatcha. Dans une déclaration rendue  publique, il a fait savoir qu’il est donc nécessaire pour le/les leader (s) charismatique(s) du Mopad, de tirer les enseignements de nos initiatives passées (celles qui ont prospéré et celles qui ont échoué) pour ne jamais prendre une décision ou poser un acte sans en questionner le bien fondé et la justesse.

 Lire sa déclaration ci-dessous

Je voudrais, avant tout propos, adresser mes félicitations chaleureuses à l’appareillage d’organisation de l’Ag qui a porté le Mopad sur les fonts baptismaux le samedi 28 août dernier. En le faisant, dans le contexte actuel, tant au plan sanitaire qu’au plan politique, vous avez démontré la solidité de votre engagement. Daigne l’Éternel des armées vous fortifier et vous maintenir toujours dans cette lumière !

À la jeunesse qui a cru en cette aventure et le démontre par sa mobilisation depuis le début, je dis merci et courage.Que ceux qui pensent que c’est encore possible pour la jeunesse de faire de la politique un outil d’émancipation et de participation active au processus de développement de ce pays et ont mis la main à la poche pour financer l’Ag constitutive du Mopad, trouvent ici l’expression de ma gratitude et de ma reconnaissance. Vous aurez été les vrais leaders. Soyez-en fiers (ères) !

À tous je tire chapeau.

Mopad est né donc..!

Bravo!

Mais pour le Mopad qui est appelé à durer sur la scène politique nationale et à influencer la politique telle qu’elle est faite jusque-là, le plus dur commence. Parce que le challenge n’est pas celui de l’Ag constitutive seulement. Nous avons surtout devant nous un défi d’existence et ça passe par notre capacité à démontrer le sérieux que nous mettrons au service de notre leadership opérationnel. Il est donc nécessaire pour le/les leader (s) charismatiques du Mopad, de tirer les enseignements de nos initiatives passées (celles qui ont prospéré et celles qui ont échoué) pour ne jamais prendre une décision ou poser un acte sans en questionner le bien fondé et la justesse. Le chemin sera long et difficile. Mais qu’une chose soit difficile nous est une raison de nous y tenir, a dit l’autre. Je crois en politique et je crois que le Mopad peut bien être un instrument précieux pour de nobles causes. Parce que dans les sociétés plurielles comme les nôtres, où les intérêts s’affrontent et où les libertés deviennent fragiles quand elles n’ont pas dépéri, la jeunesse est reléguée au second plan et la personne humaine devient quelque peu vulnérable. Dans un tel environnement, le Mopad doit forger sa notoriété dans son souci pour la personne humaine. René Charles disait «  L’exercice de la vie, quelques combats au dénouement sans solution mais avec des motifs valides m’ont appris à regarder la personne humaine sous l’angle du ciel dont le bleu d’orage lui est le plus favorable. »  Nous devons donc avoir les soucis de la personne humaine et refuser que la pauvreté et la précarité soient considérées comme des maux nécessaires ou des variables d’ajustement entre l’opulence et l’abondance. Toujours nous battre pour que plus jamais, la jeunesse ne soit considérée comme le bétail ou cet instrument de vile besogne. Mais plaise au ciel, nous y parviendrons !

Merci  à tous !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici