A l’Institut de Recherche Clinique du Bénin (Abomey-Calavi), démarrent ce mercredi 1er décembre 2021, les travaux de la 7ème conférence sur les envenimations par morsure de serpent et piqûre de scorpion en Afrique. Organisée en collaboration avec la Société Africaine de Venimologie, l’Institut de Recherche Clinique du Bénin (IRCB) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), cette rencontre  est  prévue pour durer trois jours.

Des statistiques, plus de 500 000 envenimations par morsure de serpent surviennent chaque année en Afrique subsaharienne entraînant près de 30 000 décès et autant d’invalidités affectant la vie quotidienne des victimes.  Les morsures de serpent en Afrique subsaharienne et les piqûres de scorpion en Afrique du Nord constituent un important problème de santé publique. Au Bénin, les morsures de serpent ne causent pas moins de 5 000 envenimations et 300 morts annuellement. Cette 7ème conférence sur les envenimations par morsure de serpent et piqûre de scorpion sera organisée en collaboration avec la Société Africaine de Venimologie, l’Institut de Recherche Clinique du Bénin (IRCB) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Ce conclave sera  en présentielle et par visioconférences à cause de la crise sanitaire. Elle va réunir, des spécialistes de nombreux pays africains pour partager leur expérience de la prise en charge des patients.  Au cours des travaux, ces participants auront à déterminer une conduite à tenir et faire des recommandations thérapeutiques. Selon les organisateurs, « Il sera question de la collaboration nécessaire avec les tradipraticiens à qui s’adressent les victimes en première intention, et de l’utilisation des antivenins. La qualité de ces derniers est inégale, certains étant peu efficaces ou mal tolérés tandis que d’autres réduisent considérablement le risque de décès et de complications. L’un des objectifs de la 7ème conférence qui se tiendra à Abomey-Calavi, est d’identifier des ressources permettant les rendre accessibles. Mentionnons que la Société Africaine de Venimologie (SAV), a été créée à Cotonou en 2013. Elle rassemble plus de 200 praticiens et chercheurs provenant d’une trentaine de pays. Elle organise des rencontres d’experts, élabore des stratégies de prise en charge, formule des recommandations pour le traitement des sujets envenimés par un serpent ou un scorpion, contribue à la formation des professionnels de santé, aide les autorités de santé à identifier des traitements antivenimeux adaptés et recherche des ressources, notamment financières, pour répondre à ces objectifs.

Junior Fatongninougbo