Les travaux de la formation des 32 éco-gardes déjà formés et actifs pour la sauvegarde des écosystèmes humides et de lamantin d’Afrique dans la Vallée de l’Ouémé se déroulent depuis le lundi 07 décembre 2020 et ceci pendant trois jours. Dans la conférence de la mairie de la commune  des Aguégués, ce renforcement des capacités est organisé par l’Ong Amis de l’Afrique Francophone- Bénin (Amaf-Bénin). Elle s’inscrit dans le cadre du projet « Strengthening Resilience for the Community Conservation of the African Manatee and Mangrove Ecosystems in Ouémé Valley », financé par Deutsche Umwelthilfee.V. à travers le Hand in Hand Fund.

L’Ong Amis de l’Afrique Francophone- Bénin (Amaf-Bénin) est préoccupée par la  conservation de la diversité biologique dans les communes de la vallée de l’Ouémé. En témoigne cette formation qu’elle organise à l’intention des 32 éco-gardes déjà formés et actifs pour  la sauvegarde des écosystèmes humides et de lamantin d’Afrique. Inscrit dans le cadre du projet « Strengthening Resilience for the Community Conservation of the African Manatee and Mangrove Ecosystems in Ouémé Valley », financé par Deutsche Umwelthilfee.V. à travers le Hand in Hand Fund, cet atelier de renforcement des capacités entend redynamiser les éco-gardes dans leur rôle de façon à se rassurer de leur responsabilité et accroître leur influence. Le but est d’améliorer la connaissance et la compréhension des communautés locales sur les techniques de gestion et de suivi communautaire des zones humides et des aires protégées. En effet, ces espaces constituent une contribution significative à la conservation des écosystèmes humides et la biodiversité pour l’utilisation durable de la zone humide du site Ramsar 1018 de manière que les générations présentes en tirent le maximum d’avantages durables tout en maintenant sa capacité de satisfaire les besoins et les aspirations des générations futures. La rencontre prévue pour durer trois jours sera consacrée au développement de trois modules (Initiation au concept de l’Education environnementale: les Formes d’utilisation et d’occupations de mangrove au Bénin, la Technique de surveillance communautaire des zones humides et des aires protégées et la proposition d’une nouvelle réaction face à la conservation des zones humides comme couloirs de migration pour les espèces aquatiques et le lamantin d’Afrique (Trichechus senegalensis) en particulier.  Dans son mot, le Directeur Exécutif de l’Ong Amaf-Bénin Fataï Aina, a rappelé aux participants le but du projet « Strengthening Resilience for the Community Conservation of the African Manatee and Mangrove Ecosystems in Ouémé Valley » dans lequel s’inscrit cette activité de formation. Il a ensuite remercié le partenaire qui a financé le projet, Deutsche Umwelthilfee.V. à travers le Hand in Hand Fund pour son soutien financier sans lequel le projet sera encore à l’étape d’un rêve. A l’entendre, ce  financement de Deutsche Umwelthilfee.V. ne couvre qu’un seul volet sur les deux volets que comporte le projet et exhorte d’autres partenaires ou bonnes volontés à y contribuer. A la suite de M. Aina, le représentant de l’Ong locale partenaire, Nature Tropicale « NT-Ong » a attiré l’attention des participants sur l’importance écologique et économique de la conservation des écosystèmes de mangrove et du Lamantin d’Afrique et sur certaines lois environnementales au Bénin ainsi que quelques crimes écologiques enregistrés dans la Vallée de l’Ouémé.

Osias Satingo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici