Après avoir reconnu sa responsabilité dans le détournement de fonds à la Mutuelle du Port Autonome de Cotonou, l’ex trésorier, Urbain Philippe Kanlissou, principal intéressé  a commencé à rembourser les sommes mises à sa charge.

Outre l’affaire des 2,5 tonnes de cocaïne découvertes dans un entrepôt de Cotonou, la semaine écoulée, c’est celle d’un détournement de plus de 144 millions de Fcfa à la mutuelle du Port Autonome de Cotonou (Cmt-Pac), qui défraie actuellement la chronique  au Bénin. Mais selon des informations crédibles, une solution à l’amiable est en train d’être trouvée pour sauver les meubles. Ainsi, le principal concerné et ex trésorier de la Cmt-Pac, M. Urbain Philippe Kanlissou qui avait non seulement reconnu les faits et pris l’engagement de rembourser la somme mise à sa charge avant le 1er juin 2023 a commencé à rembourser.  53 millions de FCFA au total ont déjà été remis aux autorités de la Cmt-Pac: 35 millions de Fcfa en numéraires et 18 millions de Fcfa correspondant aux cotisations à la Mutuelle  retenus à la source.  Cet acte a été constaté par les services de l’huissier de justice près la Cour d’appel de Cotonou, Me Landry Fridaous Ahitchémè le jeudi 03 septembre 2020.  Puisque cela ne suffit pas, M. Kanlissou a mis en garantie auprès de la Cmt-Pac, les titres fonciers N° 12461  et 17697 de ses immeubles, le premier sis à Vèdoko à Cotonou et le second à Zinvié. Cet engagement de remboursement a été certifié le 05 juillet 2021 devant le notaire Me Fadhil Firmin Adamon. Une grosse somme a été remise aux autorités du Port Autonome de Cotonou. Il s’agit donc d’un règlement à l’amiable entre le mis en cause et la Cmt-Pac comme le stipulent de nombreux textes en vigueur en République du Bénin. C’est dire donc que M. Kanlissou bien qu’étant conscient de toute sa responsabilité dans ce dossier a donné toutes les garanties pour réparer les préjudices causés par son manquement à la Cmt-Pac. Honoré de Balzac n’avait t-il pas dit qu’un « mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès ». Car en réalité que veut le peuple ? La mort  du pêcheur ? Certes tous les prévaricateurs des biens publics doivent rendre des comptes. Mais la priorité doit être donnée aux remboursements des ressources financières  détournées au moment où le régime du président Patrice Talon se bat des pieds et des mains pour mobiliser des ressources financières pour le développement de notre pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici