Le Lycée Mathieu Bouké et le  Collège d’enseignement général (Ceg) de Zongo de Parakou ont   accueilli le jeudi 12 mai 2022, la campagne de sensibilisation des jeunes filles  aux métiers des énergies  que mène depuis le 30 mars le Ministère de l’énergie à travers sa Cellule genre et développement. Déroulée sous l’égide de la  Cheffe Cellule genre et développement du Ministère de l’énergie, Anne-Marie Gnancadja épouse Bonou, cette activité est inscrite dans le cadre  du Projet de renforcement de capacités de huit femmes ingénieures en énergie renouvelable pour le secteur de l’énergie. Elle a  suscité chez beaucoup de filles l’envie d’embrasser les métiers des énergies et de devenir des ingénieures énergéticiennes pouvant apporter leurs contributions au développement du secteur au Bénin.

Junior Fatongninougbo

Une bonne moisson à Parakou. Le  Ministère de l’énergie à travers sa Cellule genre et développement, a réussi à convaincre, les jeunes filles du Lycée Mathieu Bouké de Parakou et du Collège d’enseignement général (Ceg) de Zongo de Parakou à embrasser les métiers des énergies. En effet, au cours ces  séances de sensibilisation, les huit jeunes femmes ingénieures du secteur de l’énergie recrutées dans le cadre  du Projet de renforcement de capacités de huit femmes ingénieures en énergie renouvelable pour le secteur de l’énergie, ont entretenu les filles  des deux  établissements scolaires secondaires  sur les métiers des énergies et le Projet énergie verte pour les citoyens au  Bénin. A chaque étape de cette sensibilisation à Parakou, elles ont parlé d’elles-mêmes, de comment elles sont arrivées dans le secteur de l’énergie et des opportunités qui s’offrent aux filles qui embrassent le secteur.  Dans leurs messages, ces jeunes dames ingénieures du secteur de l’énergie,  ont fait savoir qu’il y a beaucoup d’opportunités dans le secteur de l’énergie renouvelable qui est  un domaine porteur d’avenir et encore vierge. Pour renchérir les messages des  jeunes dames ingénieures,  la  Cheffe Cellule genre et développement, Anne-Marie Gnancadja épouse Bonou, Coordonnatrice du Projet renforcement de capacités des énergéticiennes  a  fait savoir, à chaque étape de la tournée de sensibilisation de Parakou, que «..pour le ministre Dona Jean-Claude Houssou, les femmes, les filles peuvent autant que les hommes dans le secteur d l’énergie. Il tient à la promotion du genre et plus précisément dans le secteur de l’énergie. ». Tout comme dans les collèges parcourus dans le sud du Bénin, Mme Gnancadja a saisi l’occasion pour prodiguer de sages conseils à ces jeunes filles et les a exhortées au travail dans leurs études. « Le Ministère de l’énergie et  votre parrain, Son Excellence le Ministre Dona Jean Claude Houssou ont des bras ouverts et disponibles pour vous accompagner à évoluer dans le secteur de l’énergie », a-t-elle laissé entendre dans les deux établissements. Des témoignages rendus par les apprenantes et leurs enseignants à la fin,  au Lycée Mathieu Bouké et au Ceg  de Zongo de Parakou, ces séances de sensibilisation ont apporté un plus à toutes les filles. Les bénéficiaires, à l’instar de leurs enseignants, ont toutes salué cette campagne de sensibilisation des filles aux métiers des énergies,  et remercié le Ministre Dona Jean-Claude Houssou pour avoir pensé aux filles.  A leurs dires, ces séances de sensibilisation leur ont  permis de bien connaitre le secteur, les métiers des énergies  et les opportunités du secteur.

« J’en sors satisfaite de ces six séances de sensibilisation »dixit Anne-Marie Gnancadja

« Le  projet de renforcement de capacités de huit femmes ingénieures en énergie renouvelable pour le secteur de l’énergie est mis en œuvre par la cellule genre et développement dont je suis la Cheffe  et coordonnatrice du projet. Ce projet entend rendre visible les femmes dans le secteur de l’énergie qui était un secteur réservé aux hommes, un secteur dominé par les hommes. Financé par la  Giz depuis le siège en Allemagne, il a permis de recruter huit femmes ingénieures pendant douze mois. Ces femmes ont été déployées dans les structures  du ministère pour stage de douze mois. Ces huit femmes qui sont des modèles dans le secteur, sont allées  au-devant de leurs jeunes sœurs des collèges et lycées pour leur donner l’information, les sensibiliser. Cette séance a démarré le 30 mars au Ceg1 de Pobè, plus de deux cent apprenantes ont été rassemblées. S’en est suivi l’étape du Ceg Davié à Porto-Novo où 200 filles ont bénéficié également de cette séance de sensibilisation. Le 5 mai dernier, le Ceg la verdure l’un des collèges les plus peuplés de l’Atlantique avec un effectif de plus de 500 filles a bénéficié de cette sensibilisation qui a vraiment touché les filles. Ces filles ont compris qu’elles peuvent également embraser les métiers de l’énergie. S’en est suivi l’étape du Collège Catholique Père Aupiais le 10 mai dernier, où nous avons rassemblé plus de 250 filles qui ont été vraiment  sensibilisées et qui ont déjà commencé par manifester leur volonté à embraser plus tard le secteur de l’énergie. La dernière étape est l’étape du département du Borgou où nous avions été reçus au lycée Mathieu Bouké de Parakou. Nous étions vraiment très surpris au-delà des 250 que nous recevons au lycée   Mathieu Bouké de Parakou, nous n’avons reçu plus de 450 apprenantes qui ont suivi la formation  le 12 mai. Et l’étape où nous sommes en train de clôturer nos séances de sensibilisation au Ceg Zongo de Parakou, nous avons pu dénombrer 512 filles. Cela voudra dire que non seulement, les membres de l’administration nous accompagnent à passer l’information qui étaient également une occasion qu’ils ont saisi pour réitérer à leurs apprenantes qu’en réalité, elles doivent embrasser les métiers techniques. Dans toutes les communications, on a fait savoir que les premières utilisatrices des énergies sur toutes ses formes sont les femmes et les filles. Si nos filles en classe secondaire ne sont pas informées, elles ne pourront pas vraiment savoir qu’elles peuvent entreprendre dans ce sens dans ce secteur et être également des ambassadrices  du secteur de l’énergie. Je pourrai dire à la fin de cette sensibilisation, nos objectifs ont été atteints parce que ces filles désormais doivent suivre normalement  leur cursus savoir désormais qu’elles embrasseront le secteur de l’énergie  et pourront désormais faire partie des instances des décisions dans ce secteur pour avoir l’occasion de parler  de leurs propres besoins. .. J’en sors satisfaite de ces six séances de sensibilisation. »

Ils ont dit

Aboki Olympe, Directeur du Ceg Zongo

« Cette initiative n’est que louable. Elle est la  bienvenue chez nous. Au Ceg Zongo, nous sensibilisons nos élèves à embraser les métiers. Vous savez filles comme garçons du Ceg Zongo,  et au niveau des parents, nous avons du mal à orienter les élèves vers ces filières porteurs d’avenir. Nos parents ne  connaissent que la médecine, le secrétariat, sage-femme pour les filles. Dès que vous demandez à un parent d’orienter une fille vers les métiers d’avenir, les parents s’opposent.  Cette initiative est louable et renforce notre sensibilisation  au sein du ceg Zongo. Je souhaite que ces genres de sensibilisations se répètent à l’endroit de nos établissements.  L’autre chose que j’ai appréciée, cette sensibilisation a visé d’autres objectifs tels que la sensibilisation des filles à éviter des déviances scolaires. Il a été enseigné aux filles de s’intéresser à toutes les matières et de prendre au sérieux leur étude.  La rencontre a apporté un plus à nos  élèves. »

Dossou Bernice, élève en Tle A2 Ceg Zongo

« Je suis très contente de suivre cette sensibilisation qui m’a beaucoup touchée. Pour moi, j’ai désiré toujours d’être une journaliste. Cette formation me fait réfléchir sur ce choix. L’énergie c’est quelque  chose de bien. Sans cela l’homme ne peut pas vivre….. »

Idriss Djarra, élève en 1ère D Au Ceg Zongo

« J’ai aimé cette sensibilisation. J’ai décidé après le Bac, faire cette filière pour pouvoir participer au développement de l’énergie au Bénin.  Je fais appel à toutes les filles des tous les collèges, à toutes les étudiantes de prendre au sérieux la question de l’énergie.  Il faut que toutes les femmes comprennent que ce n’est pas uniquement les hommes qui peuvent travailler dans le secteur de l’énergie.

Sanny Foulliratou, élève en 4eme Lycée Mathieu Bouké

« J’ai suivi cette séance de sensibilisation sur les métiers de l’énergie. Cela m’a permis de comprendre que les femmes aussi peuvent travailler dans le secteur de l’énergie tout autant que l’homme.  A la suite de cette séance, je prends l’engagement de devenir demain, une électricienne.

Adibi Rachidath élève en 3eme F au Lycée Mathieu Bouké

« Cette séance m’a permis de retenir que l’énergie offre beaucoup d’opportunités à la femme.  La femme peut aussi faire les métiers de l’énergie.  Après le bac, je voudrais devenir une ingénieure dans l’une des filières des énergies. »

Fachola Mirabelle élève en 1ère au Lycée Mathieu Bouké

« Avant, mon rêve, c’était d’être sage-femme ou agent des Forces armées. Avec cette formation, je compte faire  le métier de l’automatisme dans le secteur de l’énergie. Je salue cette sensibilisation qui rappelle à tous que ce que les hommes font, les femmes aussi en sont capables. Le secteur de l’énergie n’est pas uniquement réservé pour les hommes. »

Victorin Fassinou