Le parti l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (Udbn)   de Claudine Prudencio a tenu le samedi 30 janvier 2021, son 3ème Congrès ordinaire. En pleine ouverture des travaux, les  militants et sympathisants de l’Udbn ont eu la visite inopinée du  Président Patrice Talon  qui a voulu les soutenir. A cette occasion,  le Chef de l’Etat, a exprimé sa gratitude à ce parti politique, et à sa présidente Claudine Prudencio qui pour lui, a tenu bon malgré les difficultés liées à la  réforme du système partisan. 

Le Président Patrice Talon. C’était l’invité surprise au  3ème Congrès ordinaire du parti l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (Udbn) de Claudine Prudencio qui s’est déroulé le samedi dernier.  Dans son message, le Chef de l’Etat a reconnu que depuis bientôt cinq ans, l’Udbn, ses militantes et ses militants, des responsables à divers niveaux ne l’ont jamais marchandé leur soutien. « Vous m’avez accompagné depuis le début, tout le mandat durant, vous m’avez accompagné personnellement dans mon ambition de contribuer à révéler le Bénin. Vous avez accompagné tout le gouvernement dans l’ambition de réaliser le développement de notre pays avec la contribution de chacun de nous. L’Udbn a soutenu le gouvernement dans cette ambition. L’Udbn a soutenu le régime entier, y compris les institutions, notamment le parlement dans les réformes difficiles que nous avons engagées ensemble. Des réformes qui ont fait partie d’autres, mais l’Udbn est resté.», a témoigné le Chef de l’Etat qui a  exprimé personnellement sa profonde reconnaissance à la présidente Prudencio qu’il a qualifié d’une amazone des causes nobles. « Mesdames et messieurs, merci, merci très sincèrement pour votre soutien sans faille, sans relâchement durant tout le mandat, pour l’action du gouvernement tout entier. Cela n’a pas été facile. Vous avez subi des railleries ; vous avez été indexés comme des artisans d’une cause perdue, sans satisfaction. Et vous avez tenu bon », a fait savoir le Président aux militants.   « C’est l’occasion pour moi de vous dire la deuxième raison de mon message de gratitude et d’admiration. Vous avez tenu bon. C’est rare. Je confirme que vous avez tenu bon parce que l’Udbn a connu successivement des infortunes dans la mise en œuvre de la réforme du système partisan. Et malgré cela, vous avez tenu bon. Je sais combien vous avez souffert, je ne dirai pas de vos échecs, mais des infortunes successives. Combien Udbn au début a eu peur de disparaître. Et c’est l’occasion ici aujourd’hui de vous dire que ma volonté au départ était que l’Udbn se fonde dans les regroupements qu’on a vus ici et là qui ont donné naissance à deux grands partis politiques ici représentés: le Bloc républicain et l’Union progressiste. Je l’ai souhaité. J’ai prié pour ça. J’ai agi pour ça. Mais, je ne suis pas Dieu. Je peux me tromper. Notre devoir en tant que responsable et leader politique est de croire, d’espérer que le changement est possible et alors de l’impulser. J’ai dans ce rôle œuvré au changement de la politique. Et j’ai fait avec beaucoup de détermination ce que, en mon âme et conscience, j’ai jugé bon pour réformer le pays en vue de son développement réel. Et j’y ai cru. En toute sincérité, j’y ai cru avec foi. Mais, amazones que vous êtes, soldats que vous êtes d’une cause, celle du Bénin nouveau, vous avez pensé que dans votre singularité, vous pouvez bien contribuer à l’émergence d’un Bénin nouveau. C’est à votre honneur. Je n’ai pas abandonné l’objectif de la réforme. Mais, je sais que l’objectif peut être atteint différemment », a livré le Chef de l’Etat qui a tiré un coup de chapeau à la Présidente Claudine Prudencio.  « Combien de fois je ne l’ai pas vue au bord des larmes ? ‘’L’Udbn est l’enfant marginalisé, c’est le partenaire ignoré, méprisé ; que jamais ce régime n’a porté la moindre attention sur l’Udbn, sur ses cadres, sur ses valeurs et pourtant, il y en a ; que ce régime n’a fait la promotion de personne…’’ Et c’est vrai. Je ne me souviens pas avoir fait quelque chose de particulier pour l’Udbn. C’est vrai. Je ne me souviens pas avoir agi dans le sens de donner également à l’Udbn sa part de responsabilité dans la construction de ce nous avons fait jusque-là. C’est vrai. Et la présidente a été souvent meurtrie. Mais elle a tenu bon. Elle n’a pas tourné dos ni à ma personne ni au gouvernement ni au régime tout entier. Mieux, chaque fois que cela a été nécessaire, elle a soutenu même les réformes de dernières heures »,  a confessé le Président Talon qui rassure que le  meilleur est à venir et qu’il fera désormais des  choses ensemble avec l’Udbn.

Victorin Fassinou

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici