Le père spirituel de la Mosquée Centrale Médine II d’Agori-Plateau d’Abomey-Calavi, El-Hadj Moutawakil Boukari Malik et les fidèles musulmans des mosquées d’Agori et environs ont sacrifié hier mardi, 20 juillet 2021, à la tradition de la prière qui lance la fête de l’Aïd El Kebir, une exigence de la religion musulmane. Comme à son habitude, l’Imam Boukari a nourri spirituellement les fidèles musulmans présents   de la parole du Coran. Dans son message, il a salué les efforts du régime Talon durant les cinq dernières années, lesquels  ont conduit le  Bénin à progresser d’un pays sous-développé à un pays à revenu intermédiaire.   

« La célébration de l’Aïd El Kebir communément appelée Tabaski, est un grand moment de prière et de remerciement à Allah, car elle couronne la pratique du cinquième pilier de l’islam, le pèlerinage à la Mecque, et nous relie à Abraham, le père du monothéisme et à l’ensemble de la communauté humaine », a rappelé hier  l’Imam   de la Mosquée Centrale Médine II d’Agori-Plateau d’Abomey-Calavi El-Hadj Moutawakil Boukari Malik, dans son sermon. Pour l’Imam, l’épreuve fait donc partie intégrante de la formation du croyant et une des grandes épreuves que nous avons à vivre est celle de la compréhension du vrai message de l’islam au-delà des écoles d’interprétation et des amalgames de certains adeptes. L’islam est le chemin de la guidance divine, de la miséricorde offerte à l’humanité par le biais des prophètes et des livres saints. L’islam est une foi en ce sens qu’il nous relie aux hommes et à Dieu. L’islam est une loi, une charia car il nous ramène à la source par la législation saine. L’islam est une pratique parce qu’il est vécu au quotidien, en privé et en public. L’islam est un Djihad, c’est-à-dire un effort permanent pour vivre droit, juste et bien.  « Chers frères et sœurs en islam ! Nous avons encore beaucoup à apprendre à l’école d’Abraham et c’est là le vrai jihad. Et le Coran nous dit clairement », a lancé l’Imam qui opinant sur l’actualité de son pays. A ses dires, durant les cinq dernières années, le Bénin  a progressé légèrement car il est passé d’un pays sous-développé à un pays à revenu intermédiaire. Tout ceci grâce aux réformes courageuses opérées par le Chef de l’Etat à divers niveaux. « Nous l’encourageons à continuer sur  cette voie.   Face à cette flambée des prix des denrées alimentaires, nous demandons à nos dirigeants de faire diligence afin que le panier de la ménagère connaisse une amélioration dans les mois à venir. Que nous ayons une mesure de soulagement par rapport à la cherté des denrées alimentaires.   ». Pour finir, il a invité le  peuple Béninois en général et les acteurs politiques en particulier, à la culture de la paix, de la tolérance et du pardon et encourage toutes les forces politiques et sociales du  pays à se tourner résolument vers l’avenir et à œuvrer pour la restauration de la confiance réciproque à travers un dialogue constructif, aux fins de la consolidation des acquis démocratiques.  Mais avant, il  rassure de  son accompagnement et celui des dignitaires religieux de  continuer  à contribuer au développement du pays en général et en particulier dans le sens de l’inclusion sociale des différents acteurs politiques et de la réconciliation nationale.

Victorin Fassinou

L’imam posant avec quelques personnalités présentes à la prière

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici